topblog Ivoire blogs

20 juillet 2013

A Dubaï, une Norvégienne condamnée à seize mois de prison pour avoir été violée

 

3450404_3_2789_marte-dalelv-le-19-juillet-a-dubai_7a66a91de54d3d7de1bf2bd1bbe6e767.jpg

Une Norvégienne de 24 ans a été condamnée, mercredi 17 juillet, à seize mois de prison par un tribunal de Dubaï, alors qu'elle avait porté plainte pour viol. Selon le tribunal, ce jugement vient sanctionner un comportement indécent, impliquant une relation sexuelle hors mariage, et la consommation d'alcool.


Marte Dalelv avait été violée le 6 mars, alors qu'elle était de sortie avec des collègues dans le cadre d'un voyage d'affaires, selon la BBC. Alors que la jeune femme s'était rendu au commissariat pour porter plainte, les policiers lui avaient confisqué son passeport et son argent. Trois jours plus tard, la Norvégienne était inculpée pour trois chefs d'accusation, notamment pour relation sexuelle hors mariage. Elle a alors été immédiatement licenciée par la franchise dubaïote de l'entreprise pour laquelle elle travaillait, THE One Total Home Experience, selon Rue89.

 

"COMPORTEMENT INACCEPTABLE"

L'employeur n'avait par ailleurs pas tenu bon d'informer la famille de la jeune fille de la situation, et cette dernière a dû attendre de trouver une carte téléphonique pour contacter ses proches. Selon Torgeir Furesend, son beau-père, elle a été licenciée au motif de "comportement inacceptable". Il qualifie l'action de l'entreprise d'"impardonnable". THE One Total Home Experience a refusé de s'exprimer sur l'affaire.

La Norvégienne a fait appel vendredi de sa condamnation et devra donc être rejugée, probablement début septembre. En attendant, elle a trouvé refuge dans une église norvégienne de Dubaï, d'où elle a lancé un appel à une aide financière après avoir dépensé ses économies en frais d'avocat. Selon la jeune femme, son agresseur a été condamné pour sa part à treize mois de prison, pour les mêmes chefs d'accusation.

 

COLÈRE DE LA NORVÈGE

Le ministre des affaires étrangères norvégien, Espen Barth Eide, s'est fait l'écho vendredi de la stupéfaction régnant dans son pays après la condamnation. "Il semble très étrange qu'une personne qui dénonce un viol soit condamnée pour des actes qui dans notre région du monde ne sont même pas des délits", a-t-il réagi dans une interview donnée à l'agence de presse NTB. Le ministre a affirméavoir tenté de contacter son homologue des Emirats arabes unis pour discuter de l'affaire.

La responsable juridique du ministère des affaires étrangères norvégien, Kathrine Raadim, a toutefois exclu un rappel de l'ambassadeur de Norvège en poste aux Emirats. "Nous risquerions d'aggraver la situation de Marte Dalelv dans l'attente de l'examen de son appel. Je pense que tout est mieux si la Norvège maintient une représentation diplomatique sur place", a-t-elle déclaré à NTB. L'opposition a demandé au gouvernement de mieux aider la jeune femme. "Le moins que les autorités norvégiennes puissent faire est de la laisser résider à l'ambassade d'Abou Dhabi, où elle ne pourrait pas être appréhendée", a affirmé un parlementaire du Parti du progrès, Per-Willy Amundsen.

 

SOURCE:   lemonde.fr

14 décembre 2012

Le jour d’après : la vidéo du lendemain de la fin du monde

Sans-titre-par-theilr-via-Flickr-CC-Bande600.png

La Nasa vient de publier une vidéo datée… du lendemain de la fin du monde qui, comme tout le monde le sait désormais est programmée pour le 21 décembre 2012. Avec 10 jours d’avance, la NASA tente de désamorcer la panique. “La preuve que le monde ne s’est pas terminé hier”,selon l’agence spatiale américaine.

L’intérêt de cette vidéo réside dans ses motivations et dans la méthode narrative utilisée. Pour en comprendre l’objectif, il faut suivre les informations qui proviennent des Etats-Unis et d’autres pays au sujet des croyances de fin du monde liées aux interprétations apocalyptiques du calendrier maya. Les Américains, en particulier, craignent des réactions incontrôlables de leurs concitoyens, comme des suicides, des vagues de panique, la construction d’abris antiatomiques et autres actes désespérés. C’est pour tenter de désamorcer de tels mouvements que la Nasa a réalisé cette vidéo et mis en place un groupe de chercheurs chargé de répondre aux questions des Américains angoissés. L’exercice de la vidéo se révèle ainsi plein de leçons :

1°/ Le procédé du “jour d’après”

L’idée de proposer, dix jours avant, une vidéo censée se passer le lendemain de la fin du monde semble relever d’une manœuvre désespérée ou insultante. Désespérée parce que cela révèle que les responsables de la Nasa, à cours d’arguments rationnels, acceptent de jouer le jeu des croyances qu’ils dénoncent. Les voilà en train de faire un exercice d’anticipation pour contrecarrer une croyance… anticipatrice. Le mal par le mal, en somme. Légèrement insultante, ou méprisante, vis à vis du public aussi. Si l’on décrypte le message, cela donne : Vous croyez n’importe quoi. Eh bien pourquoi ne croiriez-vous pas aussi à ceci !”

La Nasa, très sérieuse agence spatiale, verse ainsi dans la technique de la projection futuriste à vocation pédagogique inaugurée explicitement par le film : “Le jour d’après”, réalisée par Roland Emmerich en 2004. Il s’agissait alors d’alerter la population mondiale sur les effets du dérèglement climatique. Un autre catastrophe. La pédagogie réside dans le fait de montrer ce qui va se produire grâce à la science fiction. La Nasa, elle, fait de la fiction grâce à la science.

2°/ La pédagogie de l’anticipation

Sur un ton extrêmement sérieux, la voix off souligne le titre du clip: “Le monde ne s’est pas terminé hier”, sur le mode du message à la postérité : “22 décembre 2012. Si vous regardez cette vidéo, cela signifie une chose : le monde ne s’est pas terminé hier”. Vient ensuite la mention de la croyance en la prédiction du calendrier Maya. Et, bien entendu, le démontage scientifique des fondements même de cette croyance. Entrée en scène d’un spécialiste, le docteur John Carlson, directeur du centre pour l’archéoastronomie, qui explique que le calendrier Maya ne prédit pas la fin du monde le 21 décembre 2012 mais seulement la fin d’un cycle. Ainsi, au lieu d’un lendemain de cataclysme, le 22 décembre sera le premier jour d’une nouvelle période de 5125 ans, soit 13 baktunob ou 1 872 000 jours, suivant celle que les mayas ont connu pendant plus de 2500 ans.

3°/ Le rationnel contre la croyance

Après avoir démonté la croyance en une fin du monde fondée sur le calendrier maya, la Nasa semble considérer que cela ne suffit pas. Revenant dans son domaine de prédilection, elle s’attaque à deux des principales causes de fin du monde réellement possibles : la collision avec un astéroïde et l’activité du soleil. Dans le premier cas, la Terre exploserait sous l’impact, dans le second elle se consumerait. Pour démontrer qu’aucune rencontre avec un objet céleste n’est programmée pour le 21 décembre, la Nasa déclare d’abord que les observations des scientifiques ne montrent aucun danger. Et puis, et c’est sans doute le meilleur moment du clip, la voix off, sans changer de ton, indique qu’il n’est d’ailleurs pas nécessaire d’appeler le gouvernement pour s’en convaincre. Il suffit de sortir de chez soi et de regarder le ciel. Si un astéroïde géant devait heurter la Terre le 21 décembre, il serait déjà l’objet le plus gros et brillant visible dans le ciel… Petit demi-tour temporel. Le spectateur auquel s’adresse alors la Nasa n’est plus celui du 22 décembre mais bien celui du 12 décembre…

Michel Alberganti


SLATE afrique


DOSSIER SPECIAL ICI

26 septembre 2012

SCOOP: Un magnat des affaires chinois offre 60 millions à celui qui séduira sa fille lesbienne

topelement.jpg

Un magnat des affaires chinois a décidé d'engager une partie de sa fortune pour qu'un homme s'empare du cœur de sa fille, dont il nie l'homosexualité.

Un riche homme d'affaires de Hong Kong offre 60 millions de francs à l'homme qui séduira sa fille, homosexuelle, rapporte mercredi la presse de Hong Kong.

Le tycoon Cecil Chao est prêt à débourser cette somme, après que sa fille, Gigi, a scellé son union avec son amie depuis sept ans, lors d'une cérémonie en France cette année, affirme le South China Morning Post. «Je me moque qu'il soit riche ou pauvre.

La seule chose qui importe est qu'il soit généreux et gentil», a déclaré le tycoon, âgé de 76 ans, selon le quotidien anglophone de Hong Kong.

«Gigi est une femme très bien, qui a à la fois talent et beauté. Elle est dévouée à ses parents et elle est généreuse, elle fait du bénévolat», a-t-il ajouté.

Il dément les informations d'union de sa fille avec sa partenaire et assure qu'à 33 ans, elle est toujours célibataire. Chao, qui dirige l'empire immobilier Cheuk Nang, n'a pas pu être joint.

Les unions civiles entre personnes du même sexe ne sont pas autorisées à Hong Kong, ce territoire du sud de la Chine demeuré conservateur sur les questions de société malgré sa réputation de grande ville moderne, cosmopolite et tolérante. L'homosexualité n'y a été décriminalisée qu'en 1991.(ats/Newsnet)

27 juin 2012

Afrique, nouvel Eldorado pour les Occidentaux

Espagnols et Portugais n’hésitent plus à migrer vers le continent pour chercher du travail.

Frappé de plein fouet par la crise économique mondiale, l’Europe a vu les conditions de vie de ses populations se durcir. Pour fuir la misère dans leur pays, certains Européens n’hésitent plus à migrer vers l’Afrique en espérant trouver du travail.

 

Une contribution de Djehouty Sa-Ousir Imhotep

http://www.imhotepdjehouty.com


42 travailleurs au noir portugais expulsés d'Angola

101801_des-personnes-attendent-devant-une-agence-d-emploi-le-22-janvier-2009-a-madrid.jpg

Espagnols et Portugais n’hésitent plus à migrer vers le continent pour chercher du travail

Frappé de plein fouet par la crise économique mondiale, l’Europe a vu les conditions de vie de ses population se durcir. Pour fuir la misère dans leur pays, certains Européens n’hésitent plus à migrer vers l’Afrique en espérant trouver du travail.

L’Afrique, nouvel Eldorado des migrants européens ? Les Africains ne sont plus les seuls à émigrer pour des raisons économiques et améliorer ainsi leurs conditions de vie. Les Européens sont eux aussi de plus en plus nombreux à migrer. Ces nouveaux migrants se dirigent de plus en plus vers le continent en espérant trouver du travail. A la mi-avril, les gardes côtes algériens ont mis la main sur quatre immigrés clandestins espagnols sur la façade maritime Ouest, comme le rapporte le quotidien algérien Liberté, dans son édition du 17 avril 2012. Il s’agit ici d’un fait très inattendu, puisque, en général, ce sont les immigrés africains qui sont interceptés aux abords des côtes espagnoles.

Rêves d’exil vers les terres africaines

La raison qui a poussé ces quatre jeunes Espagnols à migrer vers les terres africaines ? La crise économique mondiale qui mine l’Espagne depuis plusieurs années. Ces jeunes comptaient se diriger vers Oran qui compte de multiples sociétés espagnoles. Ils espéraient ainsi être embauchés par l’une d’entre elles. Selon Liberté, ils ont perdu leur travail au sein d’une société qui a fait faillite en Espagne et fait une demande de visas pour migrer en Algérie.

Les Espagnols ne sont pas les seuls en Europe à rêver de trouver un emploi en Afrique. Leurs voisins portugais sont également nombreux à tenter leur chance en Angola, ex-colonie portugaise. Le 2 février, vingt Portugais ont été interpellés à l’aéroport de Luanda, capitale angolaise, par le service des migrations et des étrangers. Ils ont été renvoyés par la suite vers Lisbonne, la capitale portugaise car leurs visas étaient considérés comme faux par les autorités angolaises. Ces migrants ont affirmé à une chaine de télévision avoir été enfermés dans une salle de l’aéroport où ils auraient été menacés.

42 travailleurs au noir portugais expulsés d’Angola

Le ministre des Affaires étrangères portugais a tenté de calmer la situation, promettant de « rechercher, avec les autorités angolaises, les voies et moyens pour prévenir ce genre de problèmes ». Selon un responsable angolais des services de migration, « ces Portugais se sont vu refuser l’entrée sur le territoire angolais pour diverses raisons : manque de moyens de subsistance, visa expiré, mauvais état du passeport, non-paiement d’une amende pour un précédent séjour illégal en Angola et outrage à l’autorité ».

Le nombre d’immigrés portugais fuyant la crise économique au Portugal pour l’Angola est en effet en forte augmentation. En juillet 2011, quarante deux portugais qui travaillaient au noir en Angola ont été expulsés. Face à ce flux qui prend de l’ampleur, « l’Angola ne fait qu’appliquer de manière rigoureuse les bonnes pratiques internationales en matière de migration », assure ce responsable angolais.

« Et si les jeunes Européens traversaient la Méditerranée pour émigrer ? »

L’Angola et le Portugal ont pourtant signé un accord le 15 septembre 2011 qui vise à faciliter les conditions d’octroi des visas d’entrée entre les deux pays. Cet accord conclu à Lisbonne par Georges Chikoti, ministre angolais des Affaires étrangères et son homologue portugais Paulo Portas, permet aussi des entrées multiples dans les deux pays ou la prolongation du séjour si le visa expire.

La presse portugaise n’a pas manqué de faire le constat de l’augmentation du nombre de migrants portugais en Angola. Selon un quotidien de Lisbonne, en 2006, seulement 156 visas de Portugais en partance vers l’Angola étaient recensés. En 2011, leur nombre a explosé, atteignant 23. 787. En 2012, on compte près de 100 000 Portugais résidant en Angola, soit le triple des Angolais installés au Portugal. Une migration que les autorités portugaises encourageraient, selon le journal camerounais Camer.be. Un éditorialiste portugais indiquait d’ailleurs récemment : « La vieille Europe déprime. La zone euro est au bord de l’implosion et la récession menace. En Afrique, la croissance économique se maintient. Et si les jeunes Européens traversaient la Méditerranée pour émigrer ? » Et si un jour l’Afrique devenait un réel Eldorado pour tous ceux qui souhaitent fuir la misère en occident ?

CAMEROONVOICE

25 mai 2012

Chine: de la chair humaine vendue sur un marché

viande_marché.jpg

La police a arrêté dans le sud-ouest de la Chine un homme suspecté d'avoir tué près d'une vingtaine de jeunes gens, puis de les avoir dépecés, d'avoir vendu une partie de leur chair comme de la "viande d'autruche" sur le marché de son village et donné le reste à ses chiens.

Ces révélations macabres ont été faites vendredi par un site d'information chinois et un quotidien de Hong Kong, tandis que deux semaines après l'arrestation du suspect, la presse en Chine et l'internet semblaient lourdement censurés sur ce sujet.

Zhang Yongming, 56 ans, un repris de justice de la province du Yunnan (sud-ouest), a été arrêté fin avril dans le cadre de l'enquête sur le meurtre d'un jeune homme de 19 ans, a annoncé le site du Guangxi News.

Les enquêteurs ont découvert à son domicile du village de Nanmen le téléphone portable et la carte bancaire de la victime, selon le journal qui ajoute que la police redoutait de faire des découvertes macabres, 17 jeunes hommes ou adolescents ayant disparu de la localité ces dernières années.

Parmi ces personnes parties sans laisser de traces, certaines habitaient à quelques centaines de mètres seulement de la maison de Zhang.

"Zhang Yongming est un monstre cannibale", ont dit des villageois cités par le site internet, ajoutant avoir vu des sacs en plastique verts pendre devant sa maison, desquels ils voyaient parfois sortir des ossements.

D'après le quotidien de Hong Kong The Standard, la police a découvert au domicile du suspect des dizaines de globes oculaires conservés dans des bouteilles de liqueur.

Les enquêteurs ont également retrouvé des morceaux de chair, apparemment humaine, pendus dans la maison pour être séchés, selon le quotidien.

La police a indiqué qu'il était possible que Zhang ait nourri ses trois chiens avec de la chair humaine, dont il vendait aussi une partie sur le marché en la faisant passer pour de la "viande d'autruche", ajoute The Standard.

Contactée par l'AFP, la police locale a refusé de s'exprimer, expliquant que les informations seraient communiquées "au moment venu".

Une censure vigilante

Selon le site du Guangxi News, Zhang a déjà été condamné pour meurtre dans le passé et a effectué une peine de prison de près de 20 ans. C'est un homme solitaire qui n'avait pas de contact avec ses voisins.

Pékin a dépêché une équipe d'enquêteurs dans le Yunnan pour superviser les recherches des jeunes portés disparus et deux chefs de la police locale ont été limogés, a annoncé Chine nouvelle.

Les familles des jeunes gens pensaient que ceux-ci avaient été kidnappés et forcés à travailler illégalement dans des briquetteries, des pratiques hélas toujours courantes en Chine rurale.

Le gouvernement a demandé que cette affaire soit réglée au plus vite, a ajouté l'agence officielle.

Pratiquement aucun site internet en Chine ne faisait mention de cette affaire vendredi et on ne pouvait pas non plus lire de commentaire sur les sites de microblogging tels Sina Weibo, les recherches associant les termes "Yunnan" et "disparus" ne donnant aucun résultat.

Habituellement, si la censure expurge tout le contenu politiquement sensible, les internautes peuvent s'exprimer librement -- voire se déchaîner -- sur les faits divers, y compris les plus sordides, et la presse livre une profusion de détails dans sa chasse féroce aux lecteurs.

Mais le cannibalisme est un sujet sensible en Chine, où il a été pratiqué lors du Grand Bond en avant à la fin des années 50, épisode dramatique du maoïsme ayant entraîné des famines et des dizaines de millions de morts.

Des cas plus rares de "cannibalisme politique" ont pu être observés lors de la révolution culturelle (1966-76) où des corps d'ennemis de la révolution communiste ont été consommés.

Mais pour Joseph Cheng, de la City University à Hong Kong, la province frontalière et rurale du Yunnan est peut-être à l'origine de la censure.

"Je dirais qu'une affaire comme celle-ci reflète le côté arriéré de la société", dit-il à l'AFP, "cela porte préjudice à l'image de la province, et c'est probablement ce qui explique que l'affaire soit dissimulée".

 

YAHOO ACTUALITE

17 mai 2012

Vidéo du jour. Quand Sarko menacait de «flinguer» nos chefs d'états

« Sarkozy a menacé de mort les présidents africains qui souhaitaient négocier avec Kadhafi»

Lors d’une émission sur Africa 24, M Kofi Yamgnane, homme politique franco-togolais, a fait une déclaration fracassante sur Nicolas Sarkozy.

Kofi Yamgnane fut secrétaire d'État chargé de l'Intégration auprès du ministre français des affaires sociales et de l'intégration de 1991 à 1993, conseiller régional de Bretagne de 1992 à 1997 et député socialiste du Finistère lors de la XIe législature de 1997 à 2002.

 

Une fillette de 18 mois débarquée d'un avion pour soupçons de terrorisme

riyanna.jpg

Une famille américaine a été débarquée d'un avion, mardi 8 mai, peu avant le décollage, et s'est vu expliquer par la compagnie aérienne que leur fillette de 18 mois figurait sur la liste des personnes interdites de vol par la Transportation Security Administration (TSA) américaine, qui vise les "terroristes présumés".

Selon la chaîne ABC News, la petite Riyanna se rendait avec ses parents de Fort Lauderdale, (Floride) dans le New Jersey, quand un agent de la compagnie JetBlue leur a demandé de descendre de l'avion, et leur a expliqué que leur fille était "fichée sur la no-fly list". La TSA a nié toute responsabilité, et a pointé une erreur de la compagnie aérienne. Celle-ci a reconnu une erreur informatique et a présenté des excuses à la famille.

Les parents ont déclaré à la filiale locale d'ABC, WPBF, soupçonner que leur fille avait été signalés par la compagnie parce qu'eux-mêmes étaient originaires du Moyen-Orient. "Nous avons été montrés comme au cirque, parce que ma femme porte le hijab", le voile islamique, a déclaré le père. Le couple a refusé de remonter dans l'avion.

Vidéo @le monde

 

CAMEROONVOICE

07 mai 2012

No Comment .....

France 2012.jpg

13 mars 2012

Vidéo du jour. La pilule qui rend moins raciste !

Des chercheurs de l'université d'Oxford ont découvert qu'un médicament couramment utilisé pour abaisser le rythme cardiaque réduit le racisme inconscient.

La prise d'un médicament courant utilisé pour lutter contre l'hypertension a un effet secondaire inattendu: il rend moins raciste. Des chercheurs de l'université d'Oxford en Grande-Bretagne se sont rendu compte que les personnes qui avaient pris du propranolol , un médicament connu en France sous le nom Avlocardyl, avait un score «significativement moins élevé» à un test sur les préjugés racistes inconscients, par rapport au groupe témoin qui avait pris un placebo. Le produit chimique n'a en revanche pas modifié l'attitude consciente des sujets sur le racisme.

Le propranolol est un médicament de la classe des bêtabloquants, utilisé pour lutter contre l'hypertension, et dont l'effet principal est de réduire le rythme cardiaque. Il sert aussi à réduire les effets physiques de l'anxiété. Son action se fait sur une partie du cerveau liée aux émotions, dont le sentiment de peur.

L'étude a été réalisée sur un panel assez restreint, avec seulement «36 hommes d'origine ethnique blanche», mais les résultats sont tout de même troublants et ouvrent la porte à de nombreuses questions éthiques. «Certaines personnes se demandent déjà s'il faudrait utiliser ce médicament pour soigner le racisme», regrette Sylvia Terbeck, la chercheuse du département de psychologie expérimentale de l'université d'Oxford qui a réalisé les recherches, publiées dans la revue Psychopharmacology .

Des résultats très clairs

«La recherche biologique qui cherche à rendre les gens moralement meilleurs a une histoire sombre, rappelle dans  l'Independent le professeur Julian Savulescu, l'un des coauteurs de l'étude à l'université d'Oxford. Le propranolol n'est pas un médicament contre le racisme, mais comme beaucoup de gens prennent déjà ce genre de traitement qui peut avoir des effets d'ordre moral, nous devons au moins chercher à mieux identifier ces effets secondaires.»

«Nous n'avons d'ailleurs pas voulu chercher à guérir le racisme, précise au Figaro la scientifique. Nous nous sommes seulement servis de ce médicament pour vérifier l'importance des processus émotionnels sur les attitudes racistes inconscientes.» Pour éviter les blocages et l'effet des conventions sociales qui inhibent certaines attitudes racistes conscientes, les chercheurs ont fait passer à leurs volontaires un test dit d'associations multiples, qui utilise des associations entre des visages blancs ou noirs et des valeurs positives ou négatives pour déterminer les préjugés liés à la couleur de la peau que l'on peut avoir.

Les résultats de l'essai avec le médicament sont très clairs. «Seulement un tiers des personnes testées avec le propranolol ont eu un score montrant un préjugé raciste, alors qu'en général c'est quelque chose qu'on observe sur une grande majorité des gens», explique Sylvia Terbeck.

«Après ces premiers résultats sur le racisme, nous allons maintenant étudier les effets des émotions sur d'autres préjugés, sur l'appartenance religieuse ou sur l'homosexualité par exemple», confie la chercheuse.


 

Wake Up Africa ! Avec Le Figaro et Europe1

Wake Up Africa!

28 février 2012

Vidéo du jour. KKB revient de loin

Le président de la Jeunesse du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (Jpdci) ne comprend pas le silence du président de son parti après son agression vendredi par des partisans du président Alassane Ouattara.

Face à la presse lundi, Bertin Kouadio Konan a dit s’expliquer “difficilement“ le silence d’Henri Konan Bédié. Le reportage de Jean-Jorès Tah Bi et Hermann Dogo.

 

16 janvier 2012

Vidéo du jour: Théophile Kouamouo fait parler l'avion de Ouattara

Avion de Ouattara. Quand Ouattara volait grâce à un voleur d'armes!

 

 

Source : Cameroonvoice

14 janvier 2012

Vidéo du jour: Quand Chavez déshabille Obama

«...En vérité Obama tu sais ce que tu fais? Tu fais pitié! Vas demander aux gens d'Afrique, qui aurient pu croire en toi à cause de la couleur de ta peau...»

05 janvier 2012

Vidéo du jour: Mamadou Koulibaly vide son sac...

Espoirs et désillusions. La Côte d'Ivoire, vue par Mamadou Koulibaly

04 janvier 2012

Scoop : "Les députés du RDR ? Il fallait les récompenser et on ne pouvait pas en faire des ministres ou des dirigeants de société"


13 décembre 2011

Fêtes de fin d’année : Commerçants cherchent clients

 

 

fetes abidjan.gif

Assurément s’il y avait un mois qu’on devait adorer, ce serait sans faille le mois de décembre. Mais au moment où l’actualité nationale est prédominée par les élections législatives, et que l’année 2011, certes éprouvante, tire à sa fin, les familles ivoiriennes pourront-elles s’offrir des fêtes de fin d’année grandioses ? Notre équipe de reportage s’est rendue dans quelques marchés pour avoir un élément de réponse.

L’ambiance générale

 

La première escale nous a conduit dans la commune de Cocody, notamment à la place Saint-Jean. En cette période de décembre, un premier constat saute aux yeux : le centre commercial de cette célèbre place ne grouille pas de monde. Les commerçants sont assis seuls dans leurs magasins, pour ceux qui ne s’affairent pas à faire autre chose. Normal, puisque les clients ne sont pas au rendez-vous. Et pourtant, les magasins sont pleins de marchandises. Dire que certains parmi ces commerçants ont été victimes de pillages lors de la crise postélectorale, comme nous l’a confié Mlle Nana. Au grand marché de Treichville, on a pu noter la même ambiance. Là encore, ce n’est pas la grande bousculade dans les splendides magasins de vêtements et de jouets. Signe qui l’atteste, le parking, d’ordinaire rempli de véhicules de luxe, était presque vide. Une gérante de magasin que nous avons trouvé en train de manger, a laissé entendre ceci : «les années précédentes, en cette période, je n’ai même pas le temps de manger un morceau de pain, à cause de la clientèle. Mais cette année, je peux prendre mon temps pour terminer un plat de riz».

La crise, et encore la crise…

Du centre commercial de la place Saint-Jean à Cocody au grand marché de Treichville, tous les commerçants sont unanimes pour dire que ce manque d’affluence est principalement dû à la crise postélectorale de 2010. Bien que notre pays retrouve progressivement la normalité, la crise n’a pas encore fini d’affecter les revenus des ménages. Les commerçants, eux, assurent qu’il n’y a eu aucune surenchère sur les articles et que les magasins sont suffisamment approvisionnés pour satisfaire les clients. Pour preuve, une cliente rencontrée dans un magasin de jouets et de vêtements pour enfants nous a confié qu’elle y était, il y a deux semaines de cela. Faute de moyens suffisants, elle n’avait pas pu se procurer les articles de son choix. Une autre, dans le même magasin, a mis du temps pour se trouver un produit à la hauteur de ses moyens.

Malgré tout, on garde espoir

Le scrutin législatif vient de prendre fin. Aussi, tous les partenaires techniques et financiers mettent les bouchées doubles pour une véritable relance de la machine économique. Pour toutes ces raisons, les commerçants sont optimistes pour ces deux dernières semaines. Et cela, d’autant plus que les Ivoiriens sont férus de belles fêtes, même dans des contextes plus difficiles. «On espère que dans les deux dernières semaines, ça va aller», s’est voulu confiant El Hadj Abourahman Olota, propriétaire d’un grand magasin à Treichville.

Source : ABIDJANDIRECT