topblog Ivoire blogs

18 novembre 2015

Entre Abidjan et Ouaga c’est la guerre, un mandat d’arrêt contre Guillaume Soro

Soro-Guillaume-600x447.jpg

Après la perquisition de son domicile au Burkina, l’Etat burkinabé a décidé de poursuivre Guillaume Soro et de  lancer un mandat d’arrêt international contre l’actuel président de l’Assemblée nationale de la Côte d’Ivoire.

Selon une source diplomatique burkinabé, «après la perquisition du domicile de M. Soro, il sera poursuit pour son implication dans le coup d’Etat de notre pays (Le BURKINA FASO [ndlr]). L’Etat a décidé d’aller jusqu’au bout, dans cette affaire. Un mandat d’arrêt international sera lancé contre lui, avec l’aide de la communauté internationale». Ainsi, le putsch raté va continuer de secouer les deux pays.

L’ex-rebelle ivoirien est nommément accusé d’avoir relu le discours de prise de pouvoir du général burkinabé Gilbert Diendéré et six (6) milliards de Fcfa, deux (2) caisses de lingots d’or, plus de neuf cent (900) gilets pare-balles et casques ont été trouvés dans le domicile de Guillaume Soro à Ouagadougou,selon des informations publiées par la presse. Ainsi, il est accusé d’être complice avec les putschistes de l’ex-régiment de sécurité présidentielle (RSP) de leurs chefs, le général Gilbert Diendéré et l’ancien ministre des affaires étrangères Djibrill Bassolé.

Le gouvernement de la transition, à la tête Michel Kafando et son Premier ministre Isaac Zida, avait demandé à la justice burkinabé, une enquête dans cette affaire. Dirigé par le procureur militaire chargé d’enquêter sur le coup d’état manqué du général Diendéré, une perquisition a été faite, le 6 octobre dernier, au domicile du Président de l’Assemblée nationale de la Côte d’Ivoire au Burkina, découvrant ainsi de nombreuses pièces à conviction. Des écoutes téléphoniques auraient montré l’implication de M. Soro dans le dernier coup d’état, au pays des hommes intègres. Ce que Guillaume Soro ne souhaite pas entendre. Sur ses comptes Twitter et Facebook, il réfute catégoriquement les accusations.

Lors de la rébellion contre les autorités ivoiriennes dans les années 2000,  le président déchut Blaise Compaoré, exilé actuellement en Côte d’Ivoire, aurait soutenu les rebelles du pays. Le Burkina fait parti des pays qui, n’ont pas officiellement salué la « réélection » du Président Ivoirien Alassane Ouattara.

« Tout ce que nous souhaitons, c’est que les prochaines élections qui vont se dérouler au Burkina Faso soient inclusives», a déclaré récemment l’Ivoirien Guillaume Soro sur Rfi. La campagne présidentielle burkinabé est déjà en cour et les proches de l’ex-président Blaise Compaoré sont « formellement interdits » d’y participer.

Pour rappel, le général Diendéré et l’ex-chef de la diplomatie burkinabé Djibrill Bassolé, tous proches de Blaise Compaoré, ont été arrêtés et mis en prison.

« Wait and see », si sera également le cas pour l’actuel président de l’Assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro, au cœur d’une procédure en cours.

Louis Mar (Times24.info)

16 novembre 2015

La France riposte et bombarde massivement le fief syrien de l’État islamique à Raqqa [Jeune Afrique]

rafale-592x296.png

Quarante-huit heures après les attentats de Paris, l'armée française a annoncé avoir largué dimanche 20 bombes dimanche sur le fief de l'organisation État islamique (EI) à Raqqa, dans le nord de la Syrie.

Deux cibles étaient visées. « Le premier objectif détruit était utilisé par l’État islamique comme poste de commandement, centre de recrutement jihadiste et dépôt d’armes et de munitions. Le deuxième objectif abritait un camp d’entraînement terroriste », a détaillé le ministère dans un communiqué.

Douze appareils, dont dix chasseurs, ont été engagés simultanément à partir des Émirats arabes unis et de la Jordanie et ont largué 20 bombes. Planifiée sur des sites préalablement identifiés lors des missions de reconnaissance réalisées par la France, cette opération a été conduite en coordination avec les forces américaines, précise le ministère.

Des frappes sans commune mesure avec les précédents raids 

« C’est un acte de guerre commis par une armée terroriste, Daesh, une armée jihadiste », avait déclaré le président français François Hollande, en avertissant que son pays serait impitoyable sur tous les terrains, intérieur comme extérieur.

Les frappes de dimanche 15 novembre au soir sont sans commune mesure avec les quatre précédents raids français, qui ont mobilisé beaucoup moins de chasseurs et avaient visé des sites plus au sud en Syrie à Deir Ezzor. La France, qui participe depuis un an à la coalition internationale contre l’EI en Irak, a décidé en septembre d’élargir ses opérations à la Syrie.

 

credit photo :  Jeune Afrique

SOURCE: JEUNE AFRIQUE 

14 novembre 2015

Attaques à Paris : au moins 120 personnes tuées

20151113PHOWWW01049.jpg


Plusieurs attentats ont eu lieu vendredi soir à Paris. Le président français a décrété l'état d'urgence sur l'ensemble du territoire et a rétabli les contrôles aux frontières. Au moins 120 personnes ont été tuées.

Lire la suite