topblog Ivoire blogs

09 octobre 2013

Le premier député noir du Bundestag veut réformer l'Allemagne

Karamba Diaby, 51 ans, Allemand depuis 2001, est arrivé du Sénégal à l'âge de 25 ans en RDA. En 2008, M. Diaby est devenu membre du SPD. Une année, après il obtenait un siège au conseil municipal de la ville de

7_DV1475569.jpg

Halle, dans le Land de Saxe Anhalt.

Aujourd'hui député SPD au Bundestag, il vient d'une ville connue comme étant un des hauts lieux de l'extrême droite. En devenant le premier député noir de l'Histoire du Bundestag, M. Diaby est devenu une célébrité mondiale.

Plans politiques

Karamba Diaby veut, pour obtenir une meilleure intégration des étrangers en Allemagne, un meilleur système scolaire, une meilleure politique sociale. Il veut aussi un départ à la retraite plus tôt pour les métiers les plus durs et veut représenter l'Allemagne de l'Est. Pour le SPD qui a subi une défaite face à Angela Merkel, c'est une aubaine. « On va toucher la communauté des migrants. Une communauté que nous avons du mal à atteindre» dit un membre du SPD. La candidature du Sénégalais devenu Allemand a donné une autre image au SPD. «Depuis que Diaby est dans la course au Bundestag, nous sommes sollicités par les médias internationaux comme la BBC, CNN ou le New York Times », continue le membre du SPD.

« Nous avons besoin d'une loi instaurant un SMIC à 8,50 euros. C'est le salaire minimum qui va permettre de lutter contre la pauvreté. Nous devons égaliser les retraites de l'Allemagne de L'Est à celle de l'Ouest. C'est une obligation après plus de 20 ans de réunification ».

Comme à Hollywood

Les médias allemands de gauche comme le Frankfurter Rundschau, organe historique du SPD, décrivent le parcours de Karamba Diaby comme un miracle. Il est orphelin du sud du Sénégal quand il gagne une bourse universitaire qui l'amène en RDA en 1985. Quand il arrive en RDA, il ne parle pas un mot d'allemand. M. Diaby étudie la chimie à Leipzig et écrit son doctorat à Halle.

Alors qu'il doit retourner au Sénégal, il croise le chemin d'une jolie Saxonne et s'installe à Halle. Avec la chute du mur, Karamba Diaby ne trouve pas de travail. Il obtient des emplois occasionnels dans des associations et c'est là qu'il sera repéré par les politiciens locaux. En 2008, M. Diaby prend son livret rouge du SPD et entre en politique. Quatre ans après c'est le Bundestag. Un parcours comme on les connaît à Hollywood écrit la presse allemande.

Réalité allemande

Karamba Diaby n'est pas le seul responsable politique à avoir des racines étrangères. Cem Özdemir des Verts est né en Souabe. Philipp Rösler, l'ancien chef du FDP, a eu des parents adoptifs allemands en Allemagne. Mais Karamba Diaby est le premier homme politique allemand à venir de l'étranger et à avoir appris tardivement l'allemand. Le succès de M. Diaby arrive à un moment où l'Allemagne juge les séries de meurtres commis par un groupe néonazi et où le pays se pose la question de savoir s'il faut encore employer le mot nègre dans les livres pour enfants. « C'est par refus de la politique de la CDU contre la double nationalité que j'ai décidé de devenir allemand », explique le nouvel élu au Bundestag.

L'Allemagne de l'Est, très connue pour sa population dite raciste, n'a pas ménagé Karamba Diaby. On apprend que lorsqu'il fut étudiant à Halle, il a été insulté et frappé par des jeunes. Comme responsable du conseil de l'intégration au niveau fédéral, M. Diaby a exigé que les thèses de Thilo Sarrazin soient considérées comme une provocation à la haine raciale. M. Diaby a reçu des insultes et des menaces de mort. Mais il ne se laisse pas pour autant intimider. « Je ne vais pas me cacher », avait-il dit lors d'un entretien.

Olivier Renault

Les commentaires sont fermés.