topblog Ivoire blogs

18 mars 2013

Attention sur Facebook : Ils révèlent votre personnalité grâce à vos ''J'aime'' !

nos-j-aime-sur-facebook-determinent-ce-qu-est-notre-personnalite_119172_w460.jpgDis moi ce que tu ''like'', je te dirai qui tu es. Un groupe de chercheurs a en effet pu deviner quelle était la personnalité de dizaine de milliers d'utilisateurs américains de Facebook juste avec leurs "J'aime".

Nous sommes dans une ère où tous nos faits et gestes sont contrôlés voire même analysés. La preuve avec le réseau social Facebook. Qui pourrait croire qu’en cliquant sur le petit bouton "J’aime", vous êtes, en réalité, espionnés ? Une étude publiée lundi dernier a démontré que nos différents "J’aime" en "disent beaucoup plus sur notre personnalité qu’on pourrait le croire", a déclaré David Stillwell, chercheur à l’Université de Cambridge. 

C’est en 2009 que le réseau social Facebook a lancé pour la première le système du pouce levé pour dire que l’on aime un statut d’un ami, une photo ou bien même une marque ou une personnalité. Selon Associated Press, il y aurait même près de 2,7 milliards de "J’aime" par jour dans le monde entier. Ce sont alors les annonceurs et les analystes qui s’en donnent à cœur joie pour déterminer quels sont les intérêts des internautes.  

L’équipe de chercheurs de David Stillwell a donc analysé pas moins de 58 466 utilisateurs américains de Facebook. En analysant les différents "J’aime", l’équipe a pu dessiner un portrait général de ces personnes en fonction de leur personnalité, leur comportement. Ces chercheurs ont même pu savoir si les utilisateurs buvaient de l’alcool, fumaient ou avaient recours à des substances illicites. 

Un "sans-faute" presque parfait 

Cette étude a mené les chercheurs à des résultats assez surprenants. Les actions de "J'aime" sont généralement liées aux orientations sexuelles, au sexe, à l’âge, à l’appartenance ethnique, au QI, à l’orientation religieuse, aux opinions politiques, à la consommation de cigarettes, de drogues ou d’alcool des utilisateurs Facebook. Les "J’aime" peuvent aussi mener au statut marital ou au nombre d’amis Facebook de ces mêmes utilisateurs.

Ainsi, l’équipe de David Stillwell a pu déterminer dans 95% des cas si ces utilisateurs étaient de couleur noire ou blanche. Dans 88% des cas, l’orientation sexuelle a pu être déterminée alors que l’orientation politique a pu être analysée dans 85% des cas.   

Les exemples d’analyses sont les suivants. Dans la plupart des cas, les hommes aimant la série "Glee" sur Facebook sont généralement homosexuels alors que ceux aimant les pages de "Catch" sont hétérosexuels. Il a été également démontré que les fans de la chanteuse Jennifer Lopez ont tendance à avoir plus d’amis Facebook que ceux aimant le groupe de métal Iron Maiden.  

http://www.gentside.com/facebook/facebook-ils-revelent-votre-personnalite-grace-a-vos-039-039-j-039-aime-039-039_art49045.html

Si, à l'origine, le "like" était bon enfant et consistait simplement à signifier à un "ami" que l'on appréciait sa publication, son rôle dépasse aujourd'hui la compréhension de l'utilisateur. Facebook, comme toute entreprise, cherche à exploiter de plus en plus cet indice à des fins utiles et lucratives au détriment de l'internaute désormais défini par son activité sur le réseau social...

Les manoeuvres Facebook sont toujours sujettes aux interprétations les plus alarmistes ("Big Brother" et cie) mais de nombreux utilisateurs préfèrent continuer à vaquer à leurs occupations sociales tout en critiquant leur hôte que d'y renoncer définitivement.

Facebook, comme toute entreprise à but lucratif, cherche évidemment à tirer profit de ce quasi-milliard de personnes pour rentabiliser son initiative. Pour ce faire, la fonctionnalité "like" a progressivement évolué pour devenir ce qu'elle est aujourd'hui: un indice permettant de définir les contours d'un profil, ses goûts et ses couleurs, plus ou moins précisément selon le rendement de l'utilisateur... Comment faire dès lors pour supprimer cet instrument de pistage? Selon le site spécialisé Cnet, la solution est simple mais la tâche pas forcément aisée: tout dépend de l'activité de la personne concernée...

Méthode à suivre
Dans le profil, cliquez sur "historique personnel": dans cette rubrique se cache le détail de l'activité de l'utilisateur. "Tag", interpellations et les fameux "like/j'aime". Il suffit dès lors de ce rendre sur l'onglet adéquat pour "déliker" et le tour est joué. Evidemment, la durée de l'opération varie selon le nombre de like journaliers...

Fil d'actualité
Autre problème: les "like" deviennent également de plus en plus envahissants sur le fil d'actualité. Sur l'application mobile Facebook, les "clics" de la communauté peuvent rapidement engorger le feed d'un grand nombre d'informations inutiles. Ce flux excessif rend d'ailleurs souvent pénible la navigation. Là aussi, il existe une solution. Il est en effet possible de configurer le taux de visibilité de chaque contact. Visitez le profil de l'élément perturbateur et configurez l'affichage de ses publications selon vos besoins/votre agacement.

Paramètres d'affichage
Cliquez sur "amis" puis, au choix, cochez/décochez "Afficher dans le fil d'actualité". Cliquez ensuite sur "Paramètres" et appliquez le même tri sélectif aux mises à jour suivantes: "Photos", "Commentaires et j'aime", "Musique et vidéos", etc.

Avec le temps, le fil d'actualité sera petit à petit dépourvu de ses informations parasites pour devenir plus représentatif de vos attentes et optimiser ainsi le plaisir de navigation...

http://www.7sur7.be/7s7/fr/4134/Internet/article/detail/1598327/2013/03/18/Facebook-ces-like-qui-vous-espionnent.dhtml

Vos "like" Facebook vous pistent : supprimez les !


Pour éviter que l'on en sache trop sur vous grâce à Facebook, inspectez un peu vos "like". C'est simple, même si c'est long, et cela évite d'être suivi à la trace.

Vous le savez désormais, Facebook en sait beaucoup sur vous, sur vos goûts, votre personnalité et vos choix. Pour cela il lui suffit d'analyser vos "like" ("j'aime"), comme j'en parlais dans mon dernier billet.  Alors, comment faire pour échapper au pistage (publicitaire, pour le moment) ?

La solution est simple : vérifiez attentivement les pages que vous avez aimé ("liké") depuis votre inscription sur Facebook. Pour cela, allez dans votre profil, et cliquez sur "historique personnel". Bienvenue dans votre "activity log", qui répertorie vos publications, les photos où vous êtes identifiés, les publications d'autres personnes où vous êtes identifiés, les infos que vous avez masquées, et aussi les "mentions j'aime".

 

06793fb951448067.jpg

Cliquez sur cette dernière option, et vous pourrez découvrir l'ensemble des choses que vous avez "aimé" sur Facebook depuis le début : statuts, photos, liens, publications, pages et profils publics. Si vous êtes un "likeur" compulsif, ça sera probablement long, mais vous pouvez en tout cas inspecter vos mentions "j'aime" et faire machine arrière, en cliquant sur le petit crayon à droite de la publication "aimée", puis sur "je n'aime plus". Bien sûr, inutile de vous dire qu'à l'avenir, vous devrez aussi faire attention aux pages que vous "aimez".

C'est sympa de cliquer sur "j'aime", vous avez l'impression de partager cela uniquement avez nos amis proches. Mais combien d'amis moins proches (des employeurs, des collègues pipelettes, etc.) pourront, notamment avec le nouveau Graph Search, vous retrouver en tapant "personnes qui aiment le Bachelor" ? (ce n'est pas mon cas, hein).

http://www.cnetfrance.fr/news/vos-like-facebook-vous-pistent-supprimez-les-39788296.htm#xtor=RSS-300021

Les commentaires sont fermés.