topblog Ivoire blogs

05 septembre 2012

Cas ''simone Gbagbo'': Pourquoi le pouvoir se tait

simone-gbagbo.jpg

Des informations persistantes, font état, depuis quelques jours, de ce que Simone Ehivet Gbagbo, l’épouse de l’ancien chef de l’Etat Laurent Gbagbo, détenue à Odienné au nord de la Côte d’Ivoire depuis avril 2011, ne se trouve plus dans son lieu de détention.
 Certaines sources indiquent que l’ex-première Dame de la Côte d’Ivoire a été transférée dans une clinique dans un pays voisins tandis que d’autres se limitent à affirmer qu’elle a quitté Odienné pour une destination inconnue. Face à ces rumeurs, le pouvoir semble avoir opté pour le silence. Nombreux sont ceux qui se demandent aujourd’hui, pourquoi le gouvernement ivoirien se tait alors qu’il devrait éclairer la lanterne des Ivoiriens. Selon des sources proches du pouvoir d’Abidjan, les dirigeants ivoiriens ont décidé de ne pas alimenter un débat qui, à leurs yeux, participe d’une stratégie de ses adversaires politiques, visant à amener le régime en place, à donner la position exacte de Simone Ehivet Gbagbo. ‘’Nous avons appris que des gens ont l’intention de mener une offensive sur Odienné pour libérer Mme Simone Gbagbo.

En faisant circuler de telles rumeurs sur son compte, ils veulent savoir où elle se trouve exactement. Nous ne sommes pas dupes’’, a fait savoir notre source qui a insisté sur l’anonymat. Toutefois, elle a indiqué sans autres précisions, que l’ex-première Dame de Côte d’Ivoire n’a pas quitté le territoire ivoirien et se trouve toujours à Odienné.

A la question de savoir si l’Epouse de Laurent Gbagbo se trouve dans son lieu initial de détention à Odienné, notre interlocuteur que nous avons joint, hier mardi 4 septembre 2012 par téléphone dans la soirée, s’est refusé de donner des précisions, évoquant des raisons sécuritaires. ‘’Les rumeurs qui circulent sont des épiphénomènes qui ne méritent pas qu’on s’y attarde’’, a-t-il conclu.

Mais selon d’autres sources, la justice ivoirienne avec les demandes de visites de certaines organisations de défense des droits humains, de l’Onuci…, pourrait être amenée à faire la lumière sur la situation de la vice-présidente du Front populaire ivoirien (Fpi, ex-parti au pouvoir).

 

BAMBA Idrissa

 

Source :  Soir Info : Dernière Mise à jour : 05/09/2012

TELEDIASPORA

Les commentaires sont fermés.