topblog Ivoire blogs

01 juillet 2012

Restauration de la démocratie Koné Katinan :‘‘Comment nous gagnerons le combat de Gbagbo’’

kone_katinan parle.jpg

Dix jours après le formidable rassemblement de soutien au Président Laurent Gbagbo à La Haye, je voudrais ici, tout d'abord, applaudir, féliciter et remercier celles et ceux qui sont venus, qui ont organisé,qui ont rendu compte et rendu possible cette manifestation dont l'histoire nous dira l'importance, soyez-en sûrs. M'appuyant sur cette indiscutable réussite politique et médiatique, empreinte de dignité, de maturité et d'enthousiasme, je voudrais féliciter les Ivoiriens, mais aussi les Camerounais, les Congolais, les Togolais, les Gabonais, les Sénégalais, les Maliens, les Africains, les Français et tous ceux que l'injustice et l'illégalité révoltent, car il n'y a eu aucun débordement, aucun problème, aucune conséquence fâcheuse ou dommageable. Et là réside un point très important. Le combat du Président Laurent Gbagbo, et donc celui de celles et ceux qui se reconnaissent en lui, est avant tout et exclusivement politique. Il ne doit être que politique. En une période où les autorités ivoiriennes s'acharnent à mettre à jour de prétendus complots, visant à discréditer, à travestir le combat et le message qui est le sien, je me dois de rappeler que la dignité, la discipline militante, le refus de la violence, le rejet des provocations et autres intimidations doivent nous guider. Depuis le début de son long combat pour le multipartisme, et donc l'installation de la démocratie en Côte d'Ivoire, Laurent Gbagbo a déjà eu bien des fois à subir la violence, l'incarcération, la calomnie, la diffamation… Puis les pressions politiques, économiques et médiatiques d'une communauté internationale qui n'a pas attendu 2010-2011. Jamais sa conviction n'a dévié, le combat ne saurait être d'une autre nature que politique. Laurent Gbagbo s'inscrit tout à la fois dans la lignée des glorieux martyres des indépendances africaines, tels Patrice Lumumba ou Thomas Sankara. Mais aussi dans celui d'un Mahatma Gandhi, prônant en toutes circonstances la non-violence, dans celui de Rosa Parks, citoyenne noire américaine refusant un beau matin de s'assoir sur les sièges réservés aux Nègres dans les bus. Nous ne gagnerons pas par les armes, mais par les mots et les idées. Notre combat est digne et respectable, il se doit d'être toujours exemplaire.

 

Ministre Justin Koné Katinan
Porte Parole du Président Laurent Gbagbo


Source : TELEDIASPORA

Les commentaires sont fermés.