topblog Ivoire blogs

30 juin 2012

Conflits à l’ouest Voici ceux qui tirent les ficelles

le voilà.gifUne mission parlementaire séjourne actuellement dans les régions du Cavally et du Guemon pour tenter de booster le processus de réconciliation nationale mais aussi et surtout pour s’informer sur les questions récurrentes de conflits fonciers à la base parfois des violences dans l’ouest du pays. Contrairement aux étapes de Taï, Zagné, Toulepleu, Méo (Cavally), ce lundi, l’étape de Blolequin ce mardi a été toute particulière. Comme d’habitude d’ailleurs, certains politiciens, voulant nager en eaux troubles pour mieux masquer leurs forfaitures, ont posé des préalables à la mission parlementaire forte de 11 députés conduite par le vice-président de l’Assemblée nationale, Oula Privat. Ainsi, ces politiciens – au nombre desquels monsieur Alphonse Kahi, homme de main du ministre du Commerce Dagobert Banzio – ont demandé une rencontre préalable avec les parlementaires avant que ceux-ci ne puissent échanger avec les populations. Selon Kahi Alphonse, il y a des questions sensibles que les députés ne peuvent aborder avec les populations de cette localité. Mais quelles sont ces sujets aussi cruciaux sur le foncier que les populations ne doivent pas apprendre aux représentants de la nation ? En réalité, celui-ci a sollicité cette rencontre préalable pour mieux détourner l’attention des députés et éviter que ceux-ci se rendent compte de la vérité à Blolequin. Où il se développe une véritable mafia autour de vente des forêts classées. Il se murmure d’ailleurs que 35 millions de francs ont été perçus par des personnalités sur place pour permettre à des dizaines de burkinabè d’investir en toute quiétude la forêt classée du Goin-Débé. En tout cas, les parlementaires ont dû certainement faire le constat d’eux-mêmes sur le terrain de cette forfaiture à Blolequin où également le processus de réconciliation est à la traine. Puisque selon toute vraisemblance, des personnes s’y opposent particulièrement, dans cette localité. Par exemple, contrairement à Toulepleu où la ministre Anne Ouloto sollicite le concours de tous les cadres, tous bords politiques confondus, à Blolequin, tous les leaders ou personnes proches de l’ancien régime ou supposées comme telles sont sans toute forme de procès écartées de toute initiative. Toute chose qui plombe le processus de réconciliation. D’ailleurs, la ville de Blolequin enregistre le plus faible taux de retour des réfugiés dans l’ouest. En tout cas, le ministre du Commerce est accusé de tirer les ficelles en actionnant son homme de main, Alphonse Kahi, qui se fait abusivement appeler adjoint au maire et exerce dans les faits ses prérogatives. Aussi, monsieur Kahi est soupçonné de barder les biens de l’Etat. En effet, des buses appartenant au ministères des Infrastructures économiques qui devaient servir à faire des ponts sur la route Blolequin- Péhé en passant par Tinhou ont été détournés et bradés à environ 1,5 million à une société de construction basée à Guiglo. Et sur cette question, le préfet aurait décidé de porter cette affaire devant les tribunaux, selon des confrères sur place.

IVORIAN

Les commentaires sont fermés.