topblog Ivoire blogs

29 juin 2012

Arnaqués sur la qualité du produit

ADO_Hilary_USA.JPG

Est-ce un don, un art ou un manque total de tact. A chacun son jugement devant la prouesse d’Alassane Ouattara, l’homme qui a réussi en moins d’un an de gouvernance à se mettre à dos les plus irréductibles de ses soutiens. Hier matin, un collègue me transmet l’information assez précieuse que les diplomates onusiens de l’ONUCI étaient divisés sur la façon dont s’est passée l’extradition du Liberia des 41 supposés miliciens pro-Gbagbo. Je m’étais quelque peu étonné de cette subite fièvre morale de ces diplomates qui ont cautionné le bombardement d’un palais présidentiel et qui continuent de rester muets comme des carpes devant toutes les exactions perpétrées par l’armée d’Alassane Ouattara à travers tout le pays. Quelques heures plus tard, une dépêche de la Lettre du Continent vient nous apporter une autre information selon laquelle le gouvernement américain s’exaspère de la politique d’Alassane Ouattara. Et que même le sulfureux Phillip Carter III n’hésiterait plus, en privé, à ruer dans les brancards du régime d’Abidjan. Dénonçant le blocage du processus de réconciliation et l’immunité relative dont jouissent tous les chefs de guerre que l’administration américaine voudrait voir traduits devant la justice internationale. Fort des leçons de notre passé qui performe encore notre présent, je me suis refusé à croire que ces diplomates puissent montrer ostensiblement qu’ils ont lâché leur poulain pour si peu. Et je continue d’en douter pour m’éviter les surprises qui ont très souvent été très désagréables avec ces mercenaires connus pompeusement sous le vocable de communauté internationale. Aucune logique, aucune raison n’ont jamais justifié leur soutien à Alassane Ouattara. Pourquoi c’est aujourd’hui que les écailles leur tomberaient des yeux. Nous nous sommes tellement battus pour leur faire voir la vérité que leur subite lucidité nous parait évidemment suspecte. L’activisme de Carter III pour influencer l’issue des dernières élections présidentielles n’était pas feint. Il savait ce qu’il faisait. Et ce n’était certainement pas ainsi qu’il devrait espérer la réconciliation entre les Ivoiriens. Quant aux choqués de l’Onuci devant l’extradition des soi-disant miliciens, ils ont fait pire. En transportant dans leurs chars des rebelles contre une République, ils ont créé toutes les conditions de réalisation de ce qu’ils prétendent dénoncer aujourd’hui. Pourquoi toute cette salve d’indignations ? Même si nous pouvons nous permettre d’esquisser quelques pistes d’analyse, nous préférons garder notre scepticisme comme bouée de sauvetage. Alors qu’ils croyaient se battre pour un homme politique qui leur garantirait la sécurité de leurs intérêts, les diplomates occidentaux ne viennent-ils pas de se rendre compte que Ouattara Alassane leur a caché son jeu, celui d’être un homme d’Etat approximatif ?

Joseph Marat ( Aujourd'hui )

Source : Aujourd'hui : Dernière Mise à jour : 29/06/2012

TELEDIASPORA

Les commentaires sont fermés.