topblog Ivoire blogs

28 juin 2012

Pour le contrôle d’une forêt classée : Guerre entre 2 groupes de Burkinabés à Bloléquin Des convois de Burkinabés déversés dans les forêts

burkinab cote d'ivoire.gifSawadogo Adama et sawadogo Jean pierre, 2 Burkinabés se disputent le con trôle de la forêt classée de Goin Bédé, dans le département de Blolequin. en tournée, hier, dans le département, une mission parlemen taire de 10 députés ivoiriens a eu l’occasion de s’imprégner du scan dale. A travers les échanges de prox imité avec les autorités préfectorales et la population. depuis plus d’un an, ces 2 caïds venus du pays des hommes intègres intègrent illégale ment des centaines de leurs compatri otes dans le patrimoine protégé. des convois de cars arrivent du Burkina Faso et d’autres localités de la Côte d’ivoire où la forêt se fait rare. Méagui, soubré, etc. débarqués dans la ville, ils sont ensuite transportés nuitamment dans les forêts à bord de véhicules Kia et de mobylettes. Ce sont plusieurs milliers d’hectares qui sont pillés dans l’ombre de la forêt, mais aussi à l’ombre de complicités haut placées. On cite des autorités administratives et politiques locales et les chefs militaires. selon les pop ulations, des conflits armés opposent fréquemment les 2 camps sawadogo. ils font souvent plusieurs morts. Les bilans sont difficiles à établir. Les corps sont enterrés aussi clandestine ment que les infiltrés étaient arrivés. La forêt de Goin Bédé s’abouche par la forêt classée de Cavally qui s’étend sur 62.000ha dans la localité de Zaglé et de taï. Là bas, le phénomène est le même. des convois de clandestins arrivent presque quotidiennement. A ce jour, de forêts, il n’en existe plus que de nom. Au delà de l’occupation des forêts classées, la liquidation des terres rurales préoccupe dans le département de Blolequin. en partic ulier, les jeunes sans emplois. « Nous sommes envahis par les commu nautés nationales et étrangères. Toutes nos forêts sont en train d’être occupées avec la complicité de notre jeunesse qui, au lieu de travailler, se livre à la vente illicite de ces forêts. Comment peut on comprendre que les responsables de ces communautés se fassent vendre des soixantaines d’ha par des jeunes de moins de 30 ans à l’insu des chefs de village, de canton et de comités de gestion de ces forêts ? Au regard du déferlement des communautés étrangères, nous demandons que des négociations se fassent entre les communautés venues d’ailleurs et les propriétaires», a résumé le responsable des jeunes de la sous préfecture de doké, qui a déploré l’inapplication de la loi sur le foncier de 1998. Conduite par le vice président de l’Assemblée nationale, Oulla privat, une dizaine de députés est en mission depuis vendredi dernier dans les régions du Guemon et du Cavally dont ils sont origi naires. Objectif : ecouter, entendre les cris de détresse des populations, notamment sur les questions fon cières et les attaques des mercenaires et autre pro Gbagbo refugiés au Liberia voisin. Hier, elle a eu des ren contres avec les populations de Bloléquin, des sous préfectures de doké, tinhou. Cet objectif se double d’un autre : désintoxiquer les popula tions et les armer contre les manoeu vres politiciennes de la part des exilés pro Gbagbo au Liberia. Le périple parlementaire prend la forme d’un parcours du combattant du fait des conditions difficiles de route et de logement. toutefois, la mission est très appréciée par les autorités pré fectorales, coutumières et les popula tions assoiffées de telles visites. «C’est la 1ère fois que des députés se déplacent à nous. Certes, nous sommes les représentants de l’Etat. Mais, que vous veniez ainsi nous voir, réconforte notre condition», s’est réjoui le préfet intérimaire de Bloléquin, le sg, dembélé Lacina, recevant les députés dans les locaux de la préfecture, hier. Comme quoi, à quelque chose, malheur est bon.

BeNOIT HILI Envoyé spécial

Le Nouveau Reveil-27/6/2012

IVORIAN

Les commentaires sont fermés.