topblog Ivoire blogs

27 juin 2012

EXCLUSIVITE/ Voici la nouvelle rébellion d’Alassane Ouattara depuis l’Ouest de la Côte d’Ivoire

rebelles frci ouattara.gif

—Qui sont les cerveaux ?
–Comment opèrent-ils ?
–Comment sont-ils financés

C’est l’hebdomadaire panafricain, Jeune Afrique, dans son N°2685 du 24 au 30 juin 2012, qui le révèle. « Côte d’ivoire : la réconciliation impossible ». Voici le titre du moins ronflant que le plus célèbre magazine panafricain a livré cette semaine à ses lecteurs. Pour ce qui concerne le dossier Côte d’Ivoire. Mais si le confrère, dès l’entame de son papier fait l’état des lieux des attaques à répétition dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, aux frontières libériennes en s’appuyant sur des rapports de l’opération des nations unies en Côte d’ivoire et des ONG telles que Human Rigths watch, il n’ira pas plus loin que ces agents, payés par la même communauté internationale, qui a installé de force, l’actuel président ivoirien, Alassane Ouattara au pouvoir.

Première insuffisance :
« Un an après la fin de la crise postélectorale, les violences ne se sont pas tues dans l’extrême ouest de la Côte d’ivoire (…) Si l’ONU reste prudente sur l’identité de leurs commanditaires, l’ONG HRW y voit la main d’anciens combattants pro-Gbagbo et de mercenaires libériens. Ces derniers seraient près de 400 qui s’entraineraient dans des camps au Libéria et y recruteraient des enfants soldats avant de passer la frontière. L’argent, ce sont d’anciens caciques du régime de Laurent Gbagbo qui le leur fourniraient », écrit le confrère jeune Afrique.
Résumer ainsi l’horreur de l’ouest est une atteinte à la dignité du grand peuple Wê. D’abord, pourquoi l’ONU est-elle prudente sur l’identité des « mercenaires » ? Ensuite, qu’on veuille nous ressasser le vieux discours des enfants-soldats, nous le voulons bien, mais dire que ces opérations sont financées par des proches du régime de Laurent Gbagbo, est aberrant.
Il faut rappeler que le dernier rapport du secrétaire général de l’opération des nations unies en Côte d’ivoire en date du 29 mars 2012, sur lequel s’est appuyé le confrère pour pondre son papier, nous a été fourni également. Il est bien plus critique sur les exactions sommaires commises par des milices pro-Ouattara que des enfants-soldats. Enfin, on se demande bien comment des personnes qui sont en exil ou en prison depuis plus d’un an et qui ont vu tous leurs avoirs gelés peuvent avoir tant de ressources pour financer une rébellion.

Deuxième insuffisance :
Alors qu’il est dit plus haut qu’il était impossible de connaître l’identité des commanditaires, le confrère cite d’un trait les Sieurs Issiaka Tiendrébéogo et Amadé Ouerémi comme commanditaires des massacres de Duékoué en mars 2011 et a le courage de publier une cartographie des positions de ces chefs de guerre « qui règnent en maître ».
Fait frappant : Alors qu’il est décrit sur la carte au moins neuf (09) supposés chefs de guerre, avec cinq (05) venus du Burkina faso et postés à travers tout le Moyen Cavally et quatre (4) qui seraient postés du côté du Libéria, le confrère, dans la légende minimisera cette forte présence des chefs de guerre burkinabé et parle de « une dizaine de seigneurs de guerre fidèles à l’ancien président Gbagbo ou bien ralliés aux Forces armées de Côte d’ivoire font régner la terreur près de la frontière avec le Libéria ».

Qui sont réellement ces nouveaux seigneurs de guerre en Côte d’Ivoire?
Si le célèbre magazine panafricain, cite des noms à connotations Guéré tels que Oulaï Tako, Gninizi Bawe, Alexis Tari Dit et Tinte Medard sans véritablement donner leur réelle position géographique (villages, forêt, camp..), il nous révèle en outre qu’il existe bel et bien une rébellion venue du Burkina et composée essentiellement de Burkinabé avec pion sur rue dans l’ouest de la Côte d’ivoire, mais sans autres précisions.
Pour avoir le cœur net, nous avons mené des investigations minutieuses sur cette nouvelle rébellion créée de toute pièce par Alassane Ouattara, bien entendu dans le dos de ses alliés Forces Nouvelles. Une nouvelle rébellion qui est décidée à prendre le contrôle du pays, voire à combattre tôt ou tard les hommes de Soro sur le terrain. C’est bien la raison des nombreux échecs du commandant Losseni Fofana dit Loss, qui assure la protection de la région pour le compte des FRCI et proche de Guillaume Soro (com zone de Man).
Voici l’identité des différents groupes Burkinabés et leurs chefs qui assassinent le peuple Wê dans l’ouest de la Côte d’Ivoire:
1)-Amade Oueremi reste le chef incontesté de cette nouvelle rébellion. Il a pris son quartier général au pied du Mont Peko entre Duékoué et Bangolo.
2)-Kouanda Lassane est un ancien lieutenant d’Amade Oueremi. Il loge avec ses hommes dans la forêt classée du Cavally. Il est précisément basé dans le village de Ponan dans la sous préfecture de Tai
3)-Sana Salifou, lui est basé dans la forêt classée de Scio à cheval entre les départements de Blolequin et Bangolo
4)-Issiaka Tiendrebeo , ancien compagnon d’Amade Oueremi est basé dans la forêt de Goin-Debe à la frontière avec le Libéria.
5)-Issa Ouedraogo est quant à lui basé dans le village de CIb-Dandrou dans le département de Blolequin.
« Ces cinq groupes ont tous fait la guerre pour compte des Frci et jusqu’à ce jour continuent de travailler avec les Frci dans le cadre de la sécurisation de la frontière et lutte contre les milices et mercenaires pro-Gbagbo… » nous révèle notre source.

Enfin, comment cela peut-il être possible alors qu’il est annoncé 9 792 militaires ONUCI dont 2 400 hommes supplémentaires avant et pendant la crise postélectorale de novembre 2010 ? Ou encore plus de 555 policiers dont 100 supplémentaires et 205 conseillers de police Onusienne. Le tout déployé sur l’ensemble du territoire ivoirien.
Dans notre prochaine publication nous reviendrons sur ces personnages dans les moindres détails et présenterons le plan détaillé de leur sale besogne en Côte d’Ivoire, au moment où Alassane Ouattara parle de réconciliation et où des innocents sont dans des camps de concentrations à Abidjan ou encore emprisonnés illégalement à la Haye et dans le nord du pays.

PK
Source : Eventnewstv.tv

Les commentaires sont fermés.