topblog Ivoire blogs

16 juin 2012

Torturé depuis son arrestation. Lida Kouassi dans un profond coma

ministre-kouassi.jpg

48heures après le one-man-show du ministre d’Etat, ministre de la Sécurité, Hamed Bakayoko, sur les antennes de la RTI1, on en sait un peu plus sur les conditions dans lesquelles des aveux ont été arrachés au ministre Lida Kouassi Moïse, extradé du Togo il y a seulement quelques jours.

Selon une source au sein de l’appareil sécuritaire, l’ancien collaborateur du président Laurent Gbagbo qui supporte très mal les séances de torture auxquelles il est soumis a failli succomber hier en fin de journée. Privé de soins malgré son grand âge et son état de santé fragile, Lida Kouassi s’est retrouvé dans le coma et ses geôliers ont dû se résoudre à le transférer d’urgence dans une clinique de Cocody. Aux environs de 22 heures, son état était encore préoccupant, à en croire nos sources.

Dans l’avion qui l’a transporté de Lomé à Abidjan, apprend-on, les malheurs de l’ancien ministre d’Etat avaient déjà commencés. Il avait essuyé de violents coups et la paire de lunettes qu’il portait avait été écrasée. C’est pourquoi il n’en portait pas à sa descente d’avion. Celle qu’il portait au cours de l’élément filmé sur lequel repose toute l’alchimie machiavélique des Colombo du régime lui avait été prêtée par ses geôliers.

Aussi, depuis son admission à la DST - version Hamed Bakayoko - dont la triste renommée a dépassé les frontières ivoiriennes, les droits de Lida Kouassi sont constamment violés. Il est soumis à plusieurs séances quotidiennes de torture. Au point que les habits qu’ils portaient à son arrivée ont été déchirés par ses bourreaux. Pis, il n’a droit à aucune visite, pas même de son avocat.

Par ailleurs, il apparait de plus en plus évident qu’au-delà du motif invoqué officiellement pour justifier l’arrestation du ministre Lida au Togo puis son extradition, c’est-àdire la déstabilisation des institutions, le régime Ouattara poursuit un autre objectif. Selon nos sources au sein des grandes oreilles de la République des «rattrapeurs», on lui reproche d’avoir planqué des fonds colossaux que le président Gbagbo aurait confiés à des proches. C’est à ces fonds que le ministre Hamed Bakayoko faisait justement allusion quand il a livré le «scoop» de l’existence de comptes «offshore » dont la patronne du groupe Cyclone, Mme Nady Bamba serait détentrice.

Selon toute vraisemblance, c’est ce sont ces fonds – s’ils existent - qui ont valu l’arrestation et l’extradition du ministre Lida Kouassi. Vu l’évolution de la situation, se pose le problème de la crédibilité des aveux qui lui ont été arrachés par les hommes d’Hamed Bakayoko.

Edouard Amichia

Focal. Toujours mal en point. Dacoury-Tabley transféré à la Maca hier

L’ex-Gouverneur de la Bceao, Philippe Henri Dacoury-Tabley a été transféré, hier mercredi 14 juin 2012, de la clinique où il recevait des soins à la Maca, alors qu’il a toujours un état de santé fragile. Selon une source judiciaire, c’est à la mi-journée que le transfert de son centre de soin à la Maca s’est effectué. Cela fait plus de deux mois (le 8 avril dernier) que Dacoury-Tabley avait fait une terrible chute dans la prison de Boundiali, ayant entrainé un traumatisme crânien. Malgré son long suivi médical, il ne s’était pas encore remis et ressentait toujours des douleurs, selon des proches.

Le régime Ouattara n’a donc pas voulu prendre de risque en le ramenant à Boundiali, au moment où les auditions de fond concernant les détenus de Boundiali débutent finalement ce matin. La justice avait envisagé ramener le gouverneur à Boundiali pour son audition dans le fond, mais son état physique ne le permettait pas. En définitive, il a été conduit à la prison civile de Yopougon, où certainement son audition se fera dans les jours à venir. Les avocats du premier ministre Aké NGbo et ses co-détenus sont arrivés à Boundiali depuis mardi dernier, où les auditions devraient débuter hier mercredi 14 juin, avant d’être reportées finalement à ce matin.

Frank Toti

Les commentaires sont fermés.