topblog Ivoire blogs

09 juin 2012

Audience du 18 juin à la CPI: Les 3 cas de figure qui attendent Gbagbo

Gbagbo micro profile.jpg

Détenu à la CPI depuis le 29 novembre 2011, l'ex-chef de l'Etat ivoirien, Laurent Gbagbo sera devant la Cour le 18 juin prochain pour l'audience de confirmation des charges.
A l'issue de cette audience qui va durer une dizaine de jours, trois cas de figure sont possibles, selon les explications données hier jeudi 7 juin, aux victimes de la crise post-électorale par Ali Ouattara, président de la Coalition ivoirienne pour la Cour pénale internationale (CICPI). L'audience de confirmation des charges permet à la Cour de savoir si les charges retenues contre le suspect sont avérées ou non.

Si les charges retenues contre Laurent Gbagbo sont avérées, il sera maintenu en détention et un procès sera ouvert dans un délais de 3 à 4 ans. Si les éléments de preuve apportés par le procureur sont jugés insuffisants, il pourrait bénéficier d'une liberté provisoire, à condition d'avoir un pays d'accueil qui accepte de l'héberger sur son territoire, en attendant que le procureur poursuive ses enquêtes pour réunir des éléments suffisants pour permettre à la Cour d'ouvrir un procès.

Dans le troisième et dernier cas de figure, si les charges retenues ne sont pas avérées, la CPI libère le prisonnier. Selon le président de la CICPI, après l'audience de confirmation des charges, les juges ont trois mois pour se prononcer. Ali Ouattara s'exprimait au Palais de la Culture de Treichville, au cours d'un panel organisé par le Collectif des associations de défense des droits des victimes de la crise post-électorale. Il a informé les victimes de l'ouverture d'un bureau de la CPI à Abidjan dans les jours à venir. Il leur a donc conseillé de s'organiser pour travailler avec ce bureau. Avant son intervention, plusieurs panélistes ont entretenu les victimes sur différents thèmes. Le président de l'APDH, Eric Sémien, s'est prononcé sur « le déficit de démocratie comme source de conflit ».

Quant à Me Doumbia, président du MIDH, il a défini la « justice comme préalable à la réconciliation vraie ». Il a surtout conseillé aux victimes de se regrouper pour mener des actions plus efficaces. « Devenez acteurs pour que votre voix puisse porter. Si vous baissez les bras, il n'y aura pas de réparation », a-t-il prévenu.

 

TELEDIASPORA

Les commentaires sont fermés.