topblog Ivoire blogs

04 juin 2012

Il ne faut pas considerer OUATTARA comme un super-économiste. Il dépense l’argent des ivoiriens dans ses envies démesurées.

 

Dr Prao Séraphin.gif

Lynx.info : Vous avez une idée du type de démocratie que Ouattara veut apporter dans sa « nouvelle Côte d’ Ivoire » avec une opposition pratiquement inexistante ?

 La démocratie, on le sait, c’est le gouvernement par le peuple. Le but ultime de la démocratie est de préserver et de promouvoir la dignité et les droits fondamentaux de l’individu, de réaliser la justice sociale, de favoriser le développement économique et social de la communauté, renforcer la cohésion de la société et créer un environnement propice à la paix internationale. La démocratie, le développement et les droits de l’homme sont par conséquent interdépendants.  La participation des citoyens aux affaires publiques de leur pays est, de toutes les formes de gouvernement, celle qui peut le mieux garantir les libertés fondamentales et l’égalité, répondre aux besoins de tous et préserver ou ramener la paix. La participation des citoyens apporte bien des bienfaits en termes de démocratisation et de développement, y compris dans les Etats les plus fragiles. La démocratie  va de pair avec la tolérance politique. La tolérance en politique consiste à accepter et à respecter les droits fondamentaux et les libertés civiles des individus et des groupes dont on ne partage pas les points de vue. Tous les citoyens, y compris les dirigeants politiques, ont pour obligation de pratiquer la tolérance dans leurs propos et dans leurs actes

Avec ces précisions, vous constatez avec moi qu’une démocratie qui piétine l’opposition n’est pas une démocratie.  Dans une démocratie, l'opposition a plusieurs fonctions.  La première est de constituer un contre-pouvoir : elle permet d’éviter que la majorité, une fois parvenue au pouvoir, n’ait la tentation de mener une politique portant atteinte aux droits et libertés.  La deuxième est que l’opposition représente  la possibilité d’une alternance politique : elle participe à l’existence du pluralisme politique, qui est une des bases de la démocratie.

En Côte d’Ivoire, début le 11 avril 2011, le Président OUATTARA empêche l’opposition ivoirienne de jouer son rôle. Il a caporalisé les médias d’Etat et refuse de financer son opposition. Il se contente de financements occultes tous azimuts.

Lynx.info : 300 milliards, ce n’est pas trop pour une présidence d’un pays où l’économie est exsangue comme celle de la Côte d’ Ivoire ? Pourquoi Ouattara est-il sourd aux cris  de votre parti  Lider ?

Sous le Président OUATTARA, c’est l’institutionnalisation de la Kléptocratie, du vol, du clientélisme,  de l’obscénité, des dépenses somptueuses et de la dilapidation des biens publics.  Le budget de la présidence est estimé à 104 milliards de franc CFA. C’est très élevé pour un pays qui sort d’une crise. Le Président OUATTARA s'offre un train de vie  luxueux sur le dos des pauvres ivoiriens. Le président OUATTARA n’a pas pitié des ivoiriens, il préfère dépenser l’argent des contribuables dans des voyages  à l’extérieur.  Son véritable pays est son avion. Pendant  qu’il refuse de s’occuper des ivoiriens, il montre une générosité légendaire pour le Burkina où il règle les notes d’électricité.  Le Président OUATTARA est comme son ami Sarkozy, un Président bling-bling. L’on se souvient de « l’affaire du yacht » dès son accession au pouvoir en 2007, où Sarkozy montrait aux français ses affinités avec les riches.  Répondant aux critiques des français, il disait ceci : "Je n'ai pas l'intention de me cacher, je n'ai pas l'intention de mentir, je n'ai pas l'intention de m'excuser".  Comme on dit souvent « qui  se ressemble s’assemble », le Président OUATTARA n’est pas le Président du peuple, il ne se préoccupe pas du bien-être des ivoiriens, il préfère dépenser l’argent des ivoiriens dans ses envies démesurées.

LIDER est un parti très proche du peuple, il reprend en écho les besoins et les souffrances des ivoiriens. Or, le Président OUATTARA a décidé de tourner le dos aux préoccupations des ivoiriens, du coup LIDER est devenu son ennemi.

Lynx.info : « Le recensement des jeunes sans-emploi va débuter ».  Que cache cette tactique de la politique de l’emploi de  Ouattara ?

Cette annonce a été faite par  Philippe N’Dri, le directeur général de l’Agence nationale de gestion et de promotion de l’emploi (AGEPE), le 27 mai, dans une rencontre avec la presse. Selon lui, le gouvernement est « très préoccupé » par toute cette jeunesse sans travail. C’est pourquoi, onze mille foyers seront visités par 172 enquêteurs. Cette annonce est en réalité une manière pour le Président OUATTARA de camoufler son échec en matière d’emploi des jeunes. Nous sommes loin des deux-cent mille (200 000 ) emplois promis chaque année, sur 5 ans.  Ayant compris que les ivoiriens se sentent floués, le Président sort cette annonce pour faire croire qu’il pense à l’avenir des jeunes.
Les ivoiriens doivent s’interdire de tomber dans un excès d’enthousiasme car il est possible d’émettre au moins trois réserves.

Premièrement, où sont ces foyers  à visiter ?  Les enquêteurs iront-ils  sonder les réfugiés au Ghana, au Mali, au Liberia etc ? Comment retrouver la trace de tous ceux qui ont perdu leurs maisons et leurs terres au profit d’étranges nouveaux occupants ? 
Deuxièmement, il n’est pas certain que la politique de l’emploi soit une priorité du Président OUATTARA. Or, l’emploi des jeunes est une bombe qui risque d’éclater.
Dans notre pays, selon les statistiques vieux de 5 ans, sur environ 22 millions d’habitants , 4 millions, en âge de travailler, sont au chômage. 95% de ces 4 millions de chômeurs sont des jeunes dont l’âge est compris entre 18 et 35 ans.  Aujourd’hui, ce chiffre est surement en hausse avec les pertes d’emplois et le chômage déguisé.

Dans le budget 2012, les dotations allouées aux ministères et institutions sont révélatrices. Par exemple, la cour suprême  bénéficie de 5 milliards 728 millions de franc CFA tandis que le ministère de l’artisanat et de la promotion des PME doit se contenter de 3 milliards de franc  CFA. Or, la promotion des PME est une bonne stratégie de lutte contre le chômage. Selon le cabinet KPMG, en France, sur les dix dernières années, les PME ont créé plus de 600.000 emplois nets, tandis que le nombre de postes dans les grands groupes est resté relativement stable.

Toujours en France, en 2011, 95% des entreprises exportatrices étaient des PME de moins de 250 salariés et 72% de moins de 20 salariés. Pourquoi donc un si maigre budget à ce ministère et un budget juteux à la cour suprême ?

Troisièmement, le Président OUATTARA sait-il qu’une bonne politique de l’emploi doit  agir  sur l’offre et la demande de travail ? D’un  côté, il faut améliorer l’environnement des affaires et rendre le marché du travail flexible. De l’autre, il faut adapter la formation aux besoins réels des entreprises. Le Président OUATTARA qui ne jure que par les « spécialistes » français, doit résoudre l’épineux problème du chômage dans notre pays.  
   
Lynx.info : Sans faux-fuyants,  ce n’est pas exagéré de voir tout  en berne sous la présidence de Ouattara ?

Le bilan du Président OUATTARA est décevant. Ce n’est pas exagéré de voir tout  en berne sous la présidence de OUATTARA.  La démocratie est massacrée, les jeunes diplômés sont des gérants de cabines téléphoniques, les universités sont fermées, l’armée du Président tue les ivoiriens, le racket est devenu une religion, de nombreux malades qui se meurent faute de soins, des médicaments inexistants.  Avec ses indicateurs quelle note donnée au Président OUATTARA ? Le pays va très mal sous le Président OUATTARA, c’est un retour en arrière.

Lynx.info : Au vu des marchés gré à gré, des licenciements abusifs, de la corruption… Finalement on a monté la barre très haute sur les qualités économiques d’Alassane Ouattara ?

Il ne faut pas considérer le Président OUATTARA comme un super-économiste. Un département du FMI n’est pas la Côte d’Ivoire.  Marcus Garvey disait ceci : « Être instruit de tout ce qui en vaut la peine. Il ne s'agit pas de se bourrer le crâne avec la science des livres et une philosophie de salle de classe, mais d'enregistrer dans sa tête les connaissances dont on aura besoin dans la vie de tous les jours, celles surtout qui nous permettront de mieux comprendre les gens qui nous entourent et de saisir le lien qui nous unit à notre Créateur…. ». Que vaut  l’économiste-président s’il n’arrive pas à améliorer le bien-être des ivoiriens ?

Le Président OUATTARA n’arrive pas à lutter efficacement contre la corruption.
La Côte d’Ivoire s’est montrée négativement performante dans le classement mondial sur la publication de l’indice de perception de la corruption par Transparency International. Le pays a encore reculé dans le classement. En effet, de 154e en 2009 et 146ème en 2010, la Côte d’Ivoire s’est retrouvée à la 154ème place cette année 2011, et cela sur 182 pays, avec une note de 2,2 sur 10.
Pour freiner la croissance des dépenses publiques, les mécanismes de marché ont un rôle important à jouer. . Sur le plan de l’offre, les pressions concurrentielles peuvent être renforcées afin d’inciter les prestataires de services financés sur fonds publics à améliorer leur efficience tout en répondant mieux aux besoins des citoyens. Plusieurs

instruments peuvent être utilisés à cette fin : comparaison systématique des performances (benchmarking), externalisation au moyen d’appels d’offres ouverts et transparents.
Sous la Présidence de OUATTARA, c’est plutôt les marchés de gré à gré qui sont promus.  Contrairement au marché de gré à gré, le recours aux appels d’offres respecte les principes fondamentaux de liberté d’accès à la commande publique, d’égalité de traitement des candidats et de transparence des procédures .

Concernant les licenciements abusifs, le Président procède simplement à une chasse aux sorcières. Il s’agit de chasser tous ceux qu’on soupçonne d’être du camp de Laurent GBAGBO. Comment expliquer que dans une société, on licencie DIGBEU pour embaucher KONE ?. «Les modalités de recrutement et de promotion des fonctionnaires n’ont pas changé, souligne Patrick N’Gouan, président de la Convention de la société civile ivoirienne. Ce n’est pas la compétence qui joue, mais toujours le tribalisme et le népotisme.»

Un an après la chute de Laurent Gbagbo et l’investiture d’Alassane Ouattara à la présidence, le 21 mai 2011, les Ivoiriens attendent toujours une reprise économique qui ne vient pas. Le Président OUATTARA n’a plus de solutions.

Lynx.info : Le Pr Koulibaly dit : « Le chef suprême des FRCI, le président Ouattara, doit lui aussi, en toute logique, aller à la Haye ». Finalement Ouattara provoque la guerre et  Gbagbo fait la prison à sa place : c’est ca ?

Oui, le Président OUATTARA est celui qui a créé les FRCI. Or cette armée tue chaque jour des ivoiriens. C’est donc logique que le chef suprême de l’armée, le Président OUATTARA fasse lui aussi, la prison. Le Président de LIDER a raison de dire que le Président OUATTARA doit aller à la Haye. La communauté internationale ferme les yeux sur la dictature du Président OUATTARA et les tueries de son armée. Elle accompagne un homme et non la démocratie en Côte d’Ivoire.

Lynx.info : Que gagne en termes d’amélioration de vie pour l’Ivoirien lambda quand Alassane demande expressément à la BAD de revenir dans son pays ?

« Je viens vous annoncer la bonne nouvelle du retour de la Banque africaine de développement à Abidjan. C’était l’objet principal de mon déplacement à Arusha, où j’ai participé aux 47èmes Assemblées annuelles de la BAD. Nous avons été bien accueillis par le Président Kikwte, le Président de la République de Tanzanie, et le docteur Donald Kaberuka, président de la BAD. Les gouverneurs ont considéré que la sécurité est maintenant de retour en Côte d’Ivoire et que plus rien ne s’opposait au retour de la Banque… ». Ces propos du Président OUATTARA. Le Président OUATTARA fait du retour de la BAD en Côte d’Ivoire, son programme de gouvernement.  Il est vrai que pour l'image du pays, c’est une bonne chose. Car la BAD est la plus grande institution financière en Afrique.  Mais il ne faut pas croire que ce sont les 2000 agents et  leurs familles qui vont faire l’économie de la Côte d’Ivoire. Certes, ces agents auront à employer du personnel, à louer des logements, envoyer leurs enfants à l’école mais le retour de la BAD ne va pas améliorer le bien-être des ivoiriens. Ce n’est pas le retour de la BAD qui va lutter contre la vie chère.
 
Lynx.info : À  Arusha, Ouattara dit que la sécurité est de retour dans son pays. Comment expliquez-vous qu’il soit si à l’aise au point de ne rien trouvé de grave quand les Ivoiriens meurent faute de sécurité?

Pour le ministre Hamed Bakayoko,  l’indice de sécurité de la Côte d’Ivoire s’est fortement améliorée passant de 3 à la fin de la crise post-électorale à 1 aujourd’hui.  Selon les services d’Hamed Bakayoko, les agents de sécurité si éprouvés, si désorganisés, si démunis par ces années de crise, sont réorganisés et équipés. Leur cadre de travail est réhabilité avec diligence. Leur mobilité est restaurée avec célérité. 115 véhicules neufs, 25 motos d’escorte et 16 mobylettes aux unités de police. Si les nouvelles autorités ivoiriennes disent que  les indicateurs  de sécurité s’améliorent, le peuple lui, ne voit rien.

Malgré  la mise en place le 07 octobre 2011, d’une unité de lutte contre le racket, la création d’une police militaire pour mettre fin à la présence intempestive des militaires en arme à travers le district d’Abidjan, et la mise en place d’une unité spéciale de lutte contre les coupeurs , le racket continue avec intensité, le peuple rend, tous les jours, témoignage des exactions, des vols, des agressions, des braquages et assassinats que les hommes en armes de OUATTARA commettent impunément.

Par ailleurs, même si elle s’est considérablement améliorée en un an, la situation sécuritaire n’est pas non plus encore de nature à rassurer les milieux économiques. Des rumeurs circulent évoquant des tentatives de «déstabilisation» par des officiers en exil dans les pays voisins, où ils sont plusieurs centaines. D’ailleurs, l’ONU vient d’intensifier ses patrouilles à certaines frontières, comme mesure de «dissuasion».

Selon Libération, du 29 mai 2012,  Les FRCI elles-mêmes n’ont la confiance de personne, pas même du Président, dont la sécurité est assurée par des militaires burkinabés et par les forces de l’ONU.
Si l’indice de sécurité de la Côte d’Ivoire a gagné quelques points , c’est grâce à la visite de la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton.  Le porte-parole du gouvernement, Bruno Koné, l’a dit, au cours du point-presse « Rien que de savoir qu’elle est venue en Côte d’Ivoire, qu’elle a passé la nuit en Côte d’Ivoire, fait que l’indice de sécurité du pays gagne quelques points ».
Depuis début mai, les FRCI effectuent «des rafles dans différents quartiers d’Abidjan. Pourquoi, on ne sait pas bien. Les gens sont amenés dans des camps [des FRCI, ndlr]. Ils peuvent y rester plus de soixante-douze heures sans raison», s’inquiète Kouamé Adjoumani Pierre, vice-président de la Ligue ivoirienne des droits de l’homme.

La sécurité n’est pas de retour en Côte d’Ivoire comme le dit le Président OUATTARA. Dans tout le pays, l’insécurité se développe.

Lynx.info : Vous dites dans un article : « Ce sont les FRCI qui sont devenus les vrais maîtres et nous les esclaves ». Vous ne provoquez pas l’armée de Côte d’Ivoire en parlant de la sorte ?

Une armée a l’obligation de protéger les populations civiles.  Au lieu de se sentir en sécurité, la population a peur de son armée. La raison est simple : les FRCI  briment, traumatisent et tuent les ivoiriens. Et pourtant l'armée doit éviter de détruire et de faire des victimes.  Dans les démocraties, le respect des droits des citoyens et des lois de la République, ne peut pleinement se réaliser que grâce à un rôle redéfini des Forces Armées, dans le but de les intégrer davantage dans la construction nationale. L'Armée de la République est au service de la Nation. Sa mission est de préparer et d'assurer au besoin par la force des armes, la défense de la patrie. Les Forces Armées et de sécurité doivent respect, protection et assistance aux populations civiles. En Côte d’Ivoire, sous le Président OUATTARA,  c’est plutôt les FRCI qui sont protégés par le Président et la population  martyrisée.  Tout simplement dans notre pays, les ivoiriens sont devenus les esclaves des FRCI.

Lynx.info : Je vous remercie

Interview réalisée par Camus Ali Lynx.info

Commentaires

je vous invites tous a lire cet entretien.

Écrit par : oncle | 04 juin 2012

je vous invites tous a lire cet entretien.

Écrit par : oncle | 04 juin 2012

Les commentaires sont fermés.