topblog Ivoire blogs

30 mai 2012

Mauvais traitements infligés à Gbagbo – Alassane Ouattara a menti devant le monde entier !

ado.gif

Pris la main dans le sac ! La dernière requête des avocats du président Gbagbo, qui contient le témoignage de son médecin personnel, le Dr Christophe Blé, et d’un médecin-expert près la Cour pénale internationale (CPI), attestant de mauvais traitements assimilables à de la torture et de conditions de détention relevant de mesures d’isolement pires que la prison ordinaire, met en lumière une chose. Interviewé par la chaîne de télévision américaine CNN le 28 juillet 2011, Alassane Ouattara a menti en connaissance de cause sur la manière dont son rival Laurent Gbagbo était traité dans le Nord du pays. «Monsieur Gbagbo est en résidence surveillée dans le nord du pays. Il vit dans la Résidence présidentielle dans le Nord. (…) Je pense qu’il est important que la loi s’applique à tous. Mais je veux que son épouse et lui soient traités avec dignité et considération parce qu’à certains points de vue il a représenté la Côte d’Ivoire. Quand les juges vont finir leur travail, il continuera à rester dans une maison même s’il est condamné à aller en prison. Parce qu’il est important d’honorer la fonction de président de la Côte d’Ivoire, même si vous êtes jugé pour crimes.» Avec le recul, ces propos sont totalement hallucinants. Et l’on a vraiment l’impression que celui qui les tient fait sciemment exactement le contraire de ce qu’il professe publiquement !

 
Comment peut-il inspirer confiance aux Ivoiriens ?

L’on se souvient que c’est également au cours de cette interview que Ouattara a tenu des propos totalement surréalistes pour tout Ivoirien vivant en Côte d’Ivoire au sujet de notre confrère Hermann Aboa. «Vous savez, je suis pour la liberté de la presse. Je suis arrivé aux Etats-Unis à l’âge de 20 ans, et j’ai aujourd’hui 69 ans. J’ai grandi dans un environnement de liberté et de démocratie. Laissez-moi vous dire qu’Hermann était un des hommes de M. Gbagbo, qui essayaient d’appeler quotidiennement aux gens de tuer les gens du Nord et du Centre. Il a été interrogé, il n’est pas en prison. Je crois qu’ils ont découvert qu’il a des armes, qu’il a des miliciens, qu’ils les payaient avec l’argent donné par le président Gbagbo… » Non seulement il n’existe absolument aucun extrait d’une émission d’Hermann Aboa appelant à des massacres ethniques, mais il n’existe aucune preuve de l’existence de sa prétendue milice, dont ni l’ONUCI ni la justice ivoirienne n’a jamais parlé. De plus, au final, Hermann – tout juste interrogé selon Ouattara – a fait six mois en prison et est aujourd’hui en liberté provisoire.
Comment un homme avec un rapport aussi particulier avec la vérité peut-il inspirer le minimum de confiance nécessaire à la réconciliation entre Ivoiriens ? La question se pose non seulement à la communauté nationale mais aussi aux différentes chancelleries accréditées en Côte d’Ivoire qui ont une tendance exagérée à prendre pour vérité d’évangile les propos de Ouattara parce que son statut d’ancien directeur général adjoint du Fonds monétaire international (FMI) ferait de lui quelqu’un de naturellement sérieux.
 
Benjamin Silué

Source : Le Nouveau Courrier : Dernière Mise à jour : 30/05/2012

TELEDIASPORA

Les commentaires sont fermés.