topblog Ivoire blogs

23 mai 2012

Alerte Info: Une centaine de militaires français s’apprêtent à s’envoler pour la Côte d’Ivoire. Dans quel but ?

licorne8TRANCHE.jpg

Selon une source proche de l’ambassade de Côte d’Ivoire en France sise au 102 avenue Raymond Poincaré Paris 16e, une centaine de militaires français ont fait une demande de visa à l’ambassade Côte d’Ivoire en France pour un séjour sur les bords de la lagune ébrié situé aux alentours du 16 juin au 18 juillet 2012. Ces militaires français proviennent de la caserne d’Evreux et sur leurs passeports il est inscrit la mention « section équipage ».

L’un d’eux s’appelle Olivier Arcachon.

Simple relèvement d’effectifs ou préparation d’une action plus concrète ? Aucune réponse à ce stade.
Contacté par IvoireBusiness, une source proche de l’Elysée a déclaré que les attributions de la Force Licorne en Côte d’Ivoire avaient changé depuis l’arrivée de François Hollande au pouvoir. Celle-ci est désormais présente en Côte d’Ivoire pour protéger les ressortissants français en cas de troubles, et non pour venir en aide au régime Ouattara en cas de coup d’Etat ou troubles graves, comme c’était le cas du temps de Nicolas Sarkozy. C’est la raison pour laquelle un retrait de la force Licorne est envisagé sur le moyen terme, dès que la situation sécuritaire dans le pays se sera stabilisée.
Information confirmée par l’ex-chef d’Etat-major des armées françaises, le général Henri Bentegeat, pour qui François Hollande a hérité de deux dossiers chauds en Afrique: Le Mali et la Côte d’Ivoire. On sait donc à Paris que le régime Ouattara est une dictature qui bâillonne tous ceux qui peuvent la gêner et qui n’hésite pas à tirer sur tout ce qui bouge, via ses FRCI.
D’où la prise de distance observée par François Hollande envers Alassane Ouattara. En effet depuis le G8 où il était cette semaine, c’est le Président du Niger ISSOUFOU MAHAMADOU - un socialiste comme lui – qu’il a préféré s’adresser pour s’enquérir de la situation au Mali où le Président intérimaire venait de se faire tabasser par des manifestants dans son bureau du palais de Koulouba, le 21 mai dernier.

Mireille (mimi) Kouamé

IVOIREBUSINESS

Les commentaires sont fermés.