topblog Ivoire blogs

29 avril 2012

Sarkozy-Libye : l'affaire qui vient polluer la campagne / Le document confidentiel qui confrime "le deal" entre Sarkozy et Kadhafi

kadhafi-sarkozy gratte tete.jpg

Nicolas Sarkozy contre-attaque. Le président sortant qualifie de "diversion" la publication par Mediapart d'un document selon lequel le régime de Mouammar Kadhafi aurait accepté de financer sa campagne présidentielle de 2007. "Vous voyez bien que c'est une tentative pour faire diversion après le retour en scène de M. Strauss-Kahn, qui est tout, sauf à l'avantage des socialistes qui n'ont guère envie qu'on rappelle qu'ils avaient l'intention d'en faire le prochain président de la République française", répond-il dans le Parisien. Le PS demande à Nicolas Sarkozy de s'expliquer devant les Français.

Sarkozy dénonce "une tentative de diversion"

Samedi le site d'information Mediapart a publié un document attribué à un ex-dignitaire libyen affirmant que Tripoli avait accepté de financer pour "50 millions d'euros" la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007.
  
Concernant l'ex-directeur général du FMI, qui a relancé ce week-end la thèse du complot politique pour le faire chuter, avec l'affaire Nafissatou Diallo, Nicolas Sarkozy réaffirme qu'il "devrait avoir la pudeur de se taire".
  
"Le fait qu'il ose prendre la parole montre qu'il n'a rien compris. Je souhaite bon courage à M. Hollande pour avoir un tel soutien. Mme Diallo est-elle une grande militante de l'UMP ? Franchement, qui peut penser que c'est moi qui ai organisé cela ? Cette intervention est vulgaire", ajoute-t-il.
  
Dominique Strauss-Kahn s'était déjà attiré les foudres de Nicolas Sarkozy, qui a lancé samedi dans une réunion publique à Clermont-Ferrand : "Qu'en pleine campagne électorale (...), M. Strauss-Kahn se mette à donner des leçons de morale et à indiquer que je suis seul responsable de tout ce qui lui est arrivé, trop c'est trop !"
  
A une semaine du second tour, DSK, ex-favori des sondages, a resurgi dans la campagne présidentielle, en accusant ses adversaires politiques de s'être servis de l'affaire du Sofitel le 14 mai 2011 pour faire échouer sa candidature à la présidentielle en France qu'il devait officialiser le 15 juin.
  
Il s'exprimait dans une interview publiée par The Guardian selon lequel le socialiste vise ainsi des personnes "liées à Nicolas Sarkozy".

 

"Service de la sécurité extérieure

Frère / Président du Fonds libyen des investissements africains

Que la paix soit sur vous… En référence aux instructions émises par le bureau de liaison du comité populaire général concernant l’approbation d’appuyer la campagne électorale du candidat aux élections présidentielles, Monsieur /Nicolas Sarkozy, pour un montant d’une valeur de cinquante millions d’euros.

Nous vous confirmons l’accord de principe quant au sujet cité ci-dessus, et ce après avoir pris connaissance du procès-verbal de la réunion tenue le 6. 10. 2006, à laquelle ont participé de notre côté le directeur des services de renseignements libyens, et le président du Fonds libyen des investissements africains, et du côté français, Monsieur /Brice Hortefeux, et Monsieur /Ziad Takieddine, et au cours de laquelle un accord a été conclu pour déterminer le montant et le mode de paiement.

Que la paix soit sur vous et la miséricorde de Dieu et ses bénédictions…

Moussa Imuhamad Koussa

Chef du service de la sécurité extérieure"

Source : http://www.rtl.fr/actualites/article/sarkozy-libye-l-affa...

Source : Telediaspora.net : Dernière Mise à jour : 29/04/2012

TELEDIASPORA

Les commentaires sont fermés.