topblog Ivoire blogs

20 avril 2012

Présidentielles 2010 – Youssouf Bakayoko avoue : « Les conditions d’élections crédibles n’étaient pas remplies » La réforme de la Cei réclamée

Youssouf Bakayoko tete.jpg

La Commission électorale indépendante (Cei) a pris l’initiative d’organiser, aujourd’hui que  la double consultation présidentielle et législative est parvenue à son terme, un atelier d’évaluation du processus électoral dont les travaux devraient nous permettre de formuler des recommandations pour améliorer nos prestations dans l’avenir». C’est ce qu’a déclaré hier mercredi 18 avril 2012, à l’ouverture de l’atelier d’évaluation interne du processus électoral de sortie de crise, qui se déroule du 18 au 20 avril à Nsa Hôtel de Grand-Bassam, Youssouf Bakayoko, le président de la Cei. Il a à cette occasion rappelé les difficultés structurelles auxquelles était confrontée l’institution pour organiser des élections crédibles et apaisées. «Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elles (les conditions politiques, ndlr) étaient loin d’être remplies : un paysage politique éclaté, un pays divisé …», a avoué Youssouf Bakayoko.  Aussi a-t-il a lancé à l’endroit des détracteurs de l’institution en charge des élections cette boutade : «Nous avons livré une âpre bataille et nous l’avons gagnée. La certification par les Nations Unies des résultats obtenus (présidentielle et législatives, ndlr) en est une preuve supplémentaire. Et c’est en ce moment que j’entends encore et trop souvent, à mon goût, les récriminations des professionnels de l’insatisfaction qui nous prédisent un avenir inquiétant». Youssouf Bakayoko serait-il agacé ? Tout porte à le croire.

«Notre tâche est donc loin d’être terminée», a dit Youssouf Bakayoko, expliquant que son institution doit d’ores et déjà penser à l’organisation des élections générales prochaines, après les municipales. Pour le président du comité d’organisation, par ailleurs porte-parole adjoint de la CEI, Diomandé Inza, cet atelier est un cadre de réflexion qui a été initié pour «jeter un regard rétrospectif mais aussi un regard critique» sur le processus électoral de sortie de crise. Il s’agira donc de faire le bilan, voir ce qui a marché et ce qui reste à peaufiner. 
 
La réforme de la Cei réclamée


Le directeur pays  de la Fondation internationale pour les systèmes électoraux (Ifes), Corneille Nangaa, a déclaré que son organisation va continuer de soutenir la Cei. A ce sujet, il a annoncé qu’une formation pour le renforcement des capacités du personnel technique de la Cei est prévue du 8 mai 12 mai prochain, ainsi que la publication le 20 mai des résultats d’un sondage d’opinion pour montrer les préoccupations soulevées par les Ivoiriens dans la perspectives d’améliorer l’organisation des échéances électorales futures. C’est pourquoi il a demandé aux séminaristes, de faire un bilan objectif et critique afin de faire des recommandations pertinentes et courageuses, d’autant plus que l’institution électorale a besoin d’être reformée. «Nous pensons particulièrement au processus de réforme électorale qui pourrait être engagé dès que possible», a-t-il annoncé. Pour le représentant de l’Usaid, représentant Phillip Carter III, le soutien des Etats-Unis se justifie par la volonté de promouvoir la démocratie, l’Etat de droit et les droits de l’homme. C’est pourquoi il a invité la Cei à tirer les leçons des échecs de la présidentielle et des législatives. Pour sa part, Charles Yaovi, représentant Albert Koenders a préconisé aux participants de surmonter les obstacles et dissiper les doutes en vue de la restauration de l’unité nationale. Car dira-t-il, «il faudra faire notre autocritique sur le processus électoral sans état d’âme».
 
Anderson Diédri 

Source : Le Nouveau Courrier : Dernière Mise à jour : 20/04/2012

TELEDIASPORA

Les commentaires sont fermés.