topblog Ivoire blogs

29 février 2012

Côte d’Ivoire : perte totale de contrôle !

Bonon.

Du 26 février à ce jour. Bastonnade d’un faux député du régime anti-citoyen et ethno-génocidaire installé depuis le 11 avril 2011 par la France; 7 miliciens du RDR de Dramane Ouattara tués par l’ONUCI, l’armée d’occupation qui "protège" le Palais présidentiel prostitué de Côte d’Ivoire ; 8 disparus dans les rangs de la population civile ; plusieurs blessés graves par balle.

Bonoua.
L’ivoiro-Burkinabè Koné Zakaria, Chef rebelle annonce que le pouvoir Ouattara sera la cible d’une attaque des FDS (Forces de Défense et de Sécurité) composées selon lui de Marins Commandos, d’une partie de la Gendarmerie restée loyale à la république, de Militaires, de Policiers et de jeunes recrues. Il menace le Roi des Abouré, ce digne fils du peuple Akan. Il menace de tuer les jeunes et demande que les parents dissuadent leurs fils de participer à l’attaque.

Arrah. Environ 35 civils jugés pro-GAGBO ont été exécutés par les FRCI, la milice de Ouattara armée par la France et protégée par l’ONUCI. Les jeunes Patriotes et Résistants aux mains nues ont enjambé leurs frères tombés, désarmé des FRCI pour ensuite les ligoter. Plusieurs renforts FRCI et ONUCI ont été nécessaires pour venir à bout des jeunes aux mains nues, blessés par balle mais debout et dignes face à la barbarie.

Bangolo.
Au moins 20 civils tués ces 30 derniers jours. Les auteurs des massacres sont des miliciens Burkinabès, conduit par Amandé Ourémi, un criminel armé et protégé par l’ONUCI.

Lopou/Dabou.
Le nain qui fait office de chef d’Etat major de la rébellion installée momentanément au pouvoir par la France annonce plusieurs camps d’entraînement de jeunes recrues, prêtes à en finir avec le régime anti-citoyen et ethno-génocidaire de Dramane Ouattara.

Sikensi, N’Douci, etc. Le même nain, avec sa casquette plus grosse que le reste de son corps, fait le même récital. Il menace de tuer tous les jeunes qui s’entraîneraient pour débarrasser la Côte d’Ivoire du sanguinaire né et de sa clique de suiveurs maudits.

Soubré, Gagnoa, Issia, etc. Des miliciens Burkinabès, arrivés par centaines de milliers pour mettre en œuvre un programme anti-citoyen d’occupation des terres,attaquent les villages, pillent tout, tuent femmes et enfants, brûlent les maisons. Ils chassent les planteurs Baoulés de leurs plantations, exproprient les autochtones et s’installent.

Aboisso. Il y a environ 30 jours, le régime Ouattara a annoncé l’entrée en terre ivoirienne de plusieurs dizaines de combattants, formés au métier des armes pour la Libération de la Côte d’Ivoire. Il ajoute cependant que ces jeunes guerriers se sont volatilisés une fois entrés sur les terres de leurs ancêtres. C’est donc la panique.

Taï, le Major Bamba et ses hommes ont fait une opération test qui a donné un résultat probant : 200 FRCI ont fait l’objet d’essais concluants en laboratoire. Ils ont éligibles en Enfer.

Taï, dans les villages et forêts environnants. Les FRCI exécutent des populations civiles désignées comme pro-GBAGBO ou ayant des enfants faisant partie de la Résistance Patriotique. Les terres de Taï puent la mort.

Abidjan. Chaque jour, le pouvoir criminel donne les signes d’une perte totale de contrôle de la situation. Les journaux affidés annoncent en leurs Unes, presque chaque jour, la fin prochaine du régime Ouattara qu’ils attribuent aux Résistants et Patriotes pro-GBAGBO. Mais GBAGBO est déporté et en prison. Choi, le certificateur et criminel de Coréen qui dirigeait l’ONUCI a certifié avant son départ de la Côte d’Ivoire, que les Ivoiriens avaient oublié GBAGBO Laurent. Alors d’où sortent ces pro-GBAGBO imaginaires prêts à renverser un pouvoir génocidaire installé par les Nations Unies et la France pour mettre en œuvre un vaste programme de rattrapage ethnique ?

Au plan militaire, les hélicoptères de la Licorne survolent Abidjan toutes les minutes ; les chars de l’ONUCI sont déployés ; les patrouilles de l’ONUCI et les points de contact avancés de la Licorne sont en alerte. Le niveau de sécurité est passé à 4 sur une échelle de 1 à 5. Mais les média internationaux, pourtant très intéressé par la démocratie et les droits de l’homme en Côte d’Ivoire, n’osent pas en parler.

Au plan sociopolitique, nous restons sans voix depuis quelques jours. Les militants du RDR bastonnent les officiels du PDCI. Depuis quelques jours, c’est le désamour et le PDCI expliquent à qui veut l’entendre que le RDR est très violent, voleur, manipulateur de résultats d’élections, faussaire. C’est dire que tout se gâte. Les mêmes causes entraînent les mêmes effets. Nous avons révélé cette vérité contre Ouattara, nous avons été bombardés et massacrés. Si ce discours est de retour dans le camp des alliés d’hier, c’est qu’un grand danger plane sur la Côte d’Ivoire.

Dois-je continuer à égrainer la longue liste de la déconfiture sociale qui se renforce chaque jour ?
Non. Ce n’est pas nécessaire. Vous avez sans doute compris déjà.

La Côte d’Ivoire est devenue un pays dont ceux qui se targuent d’en avoir fait la conquête ont perdu le contrôle total.

Les civils sont chaque jour exposés à la mort distribuée par le camp Ouattara à chaque citoyen comme le salaire dû pour service rendu ou erreur commise.

Le pays où « un vent nouveau de démocratie souffle », selon la France, est ce pays dont je vous fais, ci-dessus, un bref résumé des scènes faisant partie du quotidien de la population civile.

Oui. Ils sont en train de tuer tous les Ivoiriens qui osent leur dire Non ou qui osent leur dire qu’un Etat ne se gère pas comme un champ de chasse.

Ils tuent parce qu’ils n’ont plus de "Solutions" à leurs propres choix, parce que Ouattara n’est plus l’homme de la situation, parce que la peur s’est emparée de lui et, plus personne dans les rangs de l’Imposture, ne peut présenter un brin de lucidité encore.

Alors, la Côte d’Ivoire n’est plus gouvernée. Ce pays rendu ingouvernable par Ouattara pendant environ deux décennies, est devenu un navire à la dérive.

Ce pays est devenu une bombe entre les mains ensanglantée et glissantes de Ouattara.

Nid de bandits, capitale mondiale du mensonge, territoire de faussaires, zone d’influence d’une bande de pédés francs maçons, terre promise pour criminels burkinabès et consorts, pays envoûté et sous le coup de la malédiction du sang innocent versé par Ouattara et la France, la Côte d’Ivoire a échappé totalement au contrôle de Ouattara.

Alors le pouvoir est dans la rue, au bout du long chemin que nous venons de parcourir, au bout du sabre et de notre détermination, et il n’attend plus nous, Dignes fils de ce beau pays, cette Côte d’Ivoire nôtre, qui nous appellent à son secours. Maintenant ! 

A Très bientôt.
Hassane Magued

LYNXTOGO

Les commentaires sont fermés.