topblog Ivoire blogs

28 février 2012

Législatives partielles : Ce qui s`est passé à Bonon dans la nuit de dimanche à lundi

Plusieurs morts et des milliers de déplacés;  Les PV du vote transférés d'urgence à Abidjan

Après l'invalidation du scrutin du 11 décembre dernier, les législatives partielles ont encore manqué de sérénité à Bonon. Le vote qui a eu lieu dans cette circonscription, a été entaché de sang, c'est-à-dire mort d'homme et des milliers de déplacés dans les contrées environnantes.

Selon les témoignages recoupés auprès de plusieurs sources, les violences dans la sous-préfecture de Bonon ont commencé le dimanche nuit, aux alentours de 21h, peu après le début du dépouillement des votes par la Commission électorale indépendante (CEI) locale. L'organe en charge des élections était encore à la moitié des suffrages exprimés quand les esprits ont commencé à s'échauffer du côté des partisans de l'un des candidats, en l'occurrence celui du RDR (parti au pouvoir). L'un de ses adversaires, parti sous la bannière ''indépendant'', dont nous taisons le nom sous réserve de confirmation des faits par la CEI centrale, serait donné largement en avance. Mieux, toutes les urnes en provenance des campements Baoulé confirmaient et confortaient davantage le concerné, au grand dam des militants proches du parti au pouvoir qui n'entendaient point les choses de cette oreille. Ces derniers décident, donc, de s'en prendre au convoi des urnes assuré et sécurisé par les forces onusiennes et les forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI).

Les premiers coups de fusil sont entendus dans la ville de Bonon peu après 21h. Les militants, déterminés à empêcher le convoi des urnes, n'y vont pas de main morte. Ils usent de grands moyens, notamment d'armes, pour tenter de barrer la route au convoi de l'ONUCI, pour s'accaparer des urnes et les faire disparaître ou les détruire. Les échanges de tirs entre eux et les militaires se font entendre dans la localité. Des morts sont enregistrés. C'est la panique au sein des populations de la localité dont bon nombre, notamment les autochtones, choisissent de prendre la poudre d'escampette pour s'abriter qui à Daloa, qui à Bouaflé, les deux départements voisins. La tension restera vive toute la nuit dans la ville jusque dans la matinée d'hier, quand arriveront des renforts des FRCI et de l'ONUCI partis de Daloa et de Yamoussoukro pour sécuriser la zone.

Au moment où nous mettions sous presse, dans la soirée d'hier, un calme précaire règnait à Bonon où seuls étaient perceptibles dans les rues, les casques bleus onusiens et les FRCI en patrouille. La plupart des habitants ayant fui cette autre barbarie dont le bilan se chiffre, si l'on en croit les différentes sources, à 07 ou à 09 morts. En attendant que le calme revienne définitivement dans la ville, les opérations de dépouillement des urnes ont été suspendues, et les procès verbaux du scrutin transférés à la CEI centrale à Abidjan pour y être traités. D'où le report de la proclamation des résultats initialement annoncée pour hier soir.

F.D.BONY

Législatives partielles : L’ONUCI veut voir clair dans les incidents de Bonon

Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Côte d’Ivoire, Bert Koenders, a dépêché lundi le Commandant de la Force et le Chef de la police onusienne à Bonon, au lendemain des incidents postélectoraux dans cette ville. La mission va s’enquérir de la situation sur place, et identifier les conditions dans lesquelles un convoi de la Commission Electorale Indépendante (CEI) qui transportait des urnes à Bonon, escorté par les soldats de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) a essuyé, près de Gobazra, des tirs provenant d’individus armés non encore identifiés. Les casques bleus ont riposté à l’attaque de manière robuste et appropriée, conformément à leurs règles d’engagement. Ils ont dû également réagir face à l’attaque, quelques heures plus tard, contre un bureau de la CEI à Bonon, où se trouvaient les agents électoraux, le personnel de l’ONUCI venu les appuyer ainsi que le matériel électoral. Le Représentant spécial condamne énergiquement ces deux attaques et tient à ce que toute la lumière soit faite par les autorités compétentes sur les circonstances de leur survenue, que leurs auteurs soient identifiés et présentés devant la justice, dans les meilleurs délais, selon la loi en vigueur. Le Chef de l’ONUCI appelle les acteurs politiques à éviter de provoquer des incidents et les exhorte à régler les conflits par la voie pacifique.

A. A. (Source ONUCI)


source : 

Les commentaires sont fermés.