topblog Ivoire blogs

18 février 2012

18 février 1992-18 février 2012 : Gbagbo, comme il y a 20 ans / Ce que ses partisans préparent

 

Gbagbo et simone.gif
Laurent Gbagbo va à nouveau passer la journée du 18 février (2012) en prison, comme ce fut le cas il y a 20 ans, c'est-à-dire le 18 février 1992. A cette date, l'ex- président ivoirien, alors chef de l'opposition avec son parti le Front populaire ivoirien (FPI), était arrêté et mis en prison, avec son épouse Simone Ehivet et certains camarades de parti, suite à la marche de protestation contre la descente des militaires sur la cité universitaire de Yopougon.

 

Pour ce 18 février 2012 qu'ils passeront en prison, Gbagbo et les siens sont poursuivis, à la demande des nouvelles autorités, pour divers crimes qu'ils auraient commis pendant la crise post-électorale qui a fait, selon les chiffres officiels, 3000 morts. Comme si le sort avait lié leur destin, Ouattara et Gbagbo reproduisent leur histoire d'il y a 20 ans. Du côté des partisans de l'ex-président ivoirien, on s'active pour marquer cette journée. Une cérémonie commémorative est prévue à cet effet au siège du Congrès national de la résistance pour la démocratie (CNRD).L'actuel président de Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara était à l'époque des faits le Premier ministre, chef du gouvernement, qui avait ordonné leur emprisonnement en application de la loi anti-casse. Vingt ans après, Laurent Gbagbo, son épouse Simone, son fils Michel et plusieurs compagnons de lutte, sont de nouveau en prison. Le scénario de 2012, quelque peu différent de celui de 1992, met cependant en scène les mêmes acteurs. Alassane Ouattara et son gouvernement d'un côté, Laurent et Simone Gbagbo, son fils Michel et des dirigeants du FPI de l'autre.

Les militants du parti à la rose vont se souvenir du 18 février 1992, tout en ayant une pensée pour leur champion qui séjourne ce 18 février 2012 dans le pénitencier de Scheveningen à La Haye. Projection de films sur le parcours de Laurent Gbagbo, des témoignages sur la vie de l'homme, une communication dite par le professeur Dedi Seri pour démontrer que les événements du 11 avril 2011, qui ont abouti à la chute du régime Gbagbo sont le prolongement des événements du 18 février 1992, meubleront ce samedi au siège du CNRD. Au niveau international, les partisans de Laurent Gbagbo ne resteront pas les bras croisés. Ils ont décidé de s'organiser pour marquer cette date « symbole de la lutte pour la démocratie en Côte d'Ivoire », selon eux. Il est prévu à cet effet une mobilisation des patriotes et militants du Fpi de France et de l'Europe à La Haye, pour soutenir le prisonnier le plus célèbre de Scheveningen. 

Hamadou ZIAO


source : 

Les commentaires sont fermés.