topblog Ivoire blogs

12 février 2012

Côte d’ivoire : Laurent Gbagbo, un démocrate à la table des dictateurs

 

Laurent Gbagbo.gif
On peut dire que pour Charles taylor, la déportation de l’ancien président Ivoirien, dans ses quartiers de la Haye, a dû sonner comme une ironie du destin. Laurent Gbagbo, dans sa cellule, a pour voisins immédiats les deux ex-présidents libérien et Serbe de Bosnie-Herzégovine. 

 

L’ancien homme fort de Monrovia, un peu plus jeune que Laurent Gbagbo ( 64 contre 66 ), a été arrêté il y a maintenant près de 6 ans (29 mars 2006) et au vu des nombreuses charges qui pèsent contre lui, il a peu de chances de revoir la lumière du jour un de ces quatre matins. Au delà du fait d’avoir été parmi les hommes plus puissants d’Afrique, quels points communs y-a-t-il entre ces deux hommes?


Il faut aussi ajouter que les deux hommes ont un certain contentieux à régler.
En effet, les folles années 90, marquées par la guerre civile au Libéria couplée à celle que se livraient Gbagbo et Ouattara, ont eu un impact sur la vie de ces deux hommes. Les deux anciens chefs d’État, lors de leur dernière entrevue, s’étaient rencontrés au Togo,  en 2003. Laurent Gbagbo aurait même reproché à son homologue d’avoir envoyé ses généraux et ses mercenaires afin d’appuyer les ex-rebelles ivoiriens au cours de l’année écoulée. On peut raisonnablement penser que les deux hommes, à présent moins pressés par le temps, devraient avoir dès lors tout le loisir de terminer ce vieil entretien.La réponse est simple : absolument aucuns. On pourrait même dire que tout les oppose. Charles Taylor est haï dans son pays et il n’aura laissé, comme seule trace dans l’histoire, que l’image d’un chef de guerre corrompu et sans pitié, ne reculant devant aucunes méthodes, pas même celles de recruter des enfants soldats pour assouvir ses rêves de conquêtes. En ce qui concerne Laurent Gbagbo, c’est tout le contraire. Fervent Humaniste, démocrate en béton, l’homme déchaîne les passions aussi bien dans son pays qu’à travers tout le continent. On peut à juste titre imaginer que la notoriété de l’homme de Côte d’ivoire soit de nature à déranger l’ex chef d’état Libérien qui voit ainsi sa « suprématie carcérale » totalement éclipsée par ce nouveau venu sans gêne. Que des foules de manifestants, venus de par le monde entier, se déplacent dans le froid glacial de l’hiver Européen pour chanter les louanges de l’homme de Mama, chants qui, à ce qu’il paraîtrait, seraient même parvenus jusqu’aux oreilles des célèbres détenus de la Haye, n’a guère dû plaire à l’ancien dictateur Libérien.

La défense de laurent Gbagbo

Pour Laurent Gbagbo, long risque d’être le chemin vers la disculpation, ne serait-ce que du fait que l’actuel président Ivoirien, Alassane Ouattara, porte des responsabilités accrues sur tous les évènements ayant eu lieu de 2002 à la crise post électorale. Il serait superflu de dire que son avocat se devra d’être patient car lors de son enquête sur le terrain, il semble très probable que les autorités Ivoiriennes fasse tout leur possible pour lui mettre des bâtons dans les roues. Justement, très récemment, maître Emmanuel Altit s’est exprimé ainsi : « le cas est particulièrement difficile, complexe, et le travail à accomplir est considérable et nécessite donc des moyens supérieurs à ceux alloués par le Greffe ». Laurent Gbagbo reconnu indigent ( il n’a accumulé aucunes richesses personnelles durant sa présidence ) s’était vu accordé, il y a quelques semaines,  l’aide judiciaire de la Cour comprenant la rémunération d’un avocat, d’un assistant juridique, d’un gestionnaire de dossier et la remise d’une enveloppe de 76 000 euros pour les frais d’enquête nécessaires à la préparation de l’audience de confirmation des charges, prévue du 18 au 28 juin 2012. Il ne serait pas déraisonnable de penser que le délai imparti sera loin d’être suffisant et qu’un report sera sans nul doute demandé par la défense.

Nouvelle stratégie de défense pour Charles Taylor

Les avocats de Charles Taylor, pour leurs parts, ont peaufiné une stratégie de défense des plus osées : celle de baser leurs argumentations sur un rapport indiquant que les camps Gbagbo et Ouattara auraient eu recours à des mercenaires libériens pendant les violences post-électorales. Charles Taylor est emprisonné à la Haye, principalement pour avoir embauché des mercenaires libériens afin de guerroyer en Sierra Leone, pays où ils aurait commis crimes les plus abominables.

La faille ingénieuse de la défense : affirmer que leur client n’est en aucun cas responsable du recrutement des mercenaires libériens ayant combattu en Sierra Leone, car, si c’était le cas, il devrait en être de même pour l’actuelle prix Nobel de la paix et présidente du Liberia, Mme Hélène Johnson Sirleaf, en ce qui concerne les nombreux Libériens ayant combattu au cours de la récente crise post électorale Ivoirienne.

Une chose demeure certaine : avec de tels voisins au passif si chargé, le très populaire Laurent Gbagbo doit réellement passer pour la petite colombe de service.

Ecrit par Yann-Yéc’han.


source : Sanfinnan.com

ABIDJANDIRECT

Les commentaires sont fermés.