topblog Ivoire blogs

04 février 2012

LES FAUX DISCOURS DE FOLOGO

 

Laurent Fologo.gif
La  danse  des  sorciers  a-t-elle  véritablement  commencé  au  CNRD ? La   question  mérite  aujourd’hui  d’être  posée   après  la  sortie  plus  que  fracassante  du  tout  nouveau  Vice-Président  du  Congrès  National  pour  la  Résistance  et  la  Démocratie (CNRD), la Coalition  des  partis  politiques qui, aux  côtés  du  Front  Populaire  Ivoirien (FPI), soutiennent  le  Président  Laurent Gbagbo.

 

Alors  que  le   vénérable  Bernard  Dadié, malgré  des  difficultés de  tous  ordres, s’évertuait  à   diriger  avec  courage, détermination, clairvoyance  et  intelligence  le  CNRD, on  voyait  les  choses  venir . Derrière  les  seconds  couteaux  que  sont  Gervais  Coulibaly  et  les  autres  dont  le  rôle  semblait  fort  bien  être  d’ouvrir  le  bal  des  hyènes, on  sentait  que   l’artillerie  lourde  pouvait   d’un  moment  à   l’autre   entrer  en  action  contre   le  FPI  pour  tenter  de  lui   planter  le  poignard  dans  le  dos  face   au  régime  de  Ouattara.

Dans  des  déclarations  faites  sur  la  Radio  Onuci.Fm  le  Jeudi 02  Février  2012  et  abondamment  reprises  le  lendemain  par  plusieurs  publications  de  la  presse  ivoirienne, c’est  donc  l’ex-Président  du  Conseil  Économique  et  Social, Laurent  Dona  Fologo, Président  du  RPP, un  parti  membre  du  CNRD,  qui  montera  en  personne  au  créneau    pour  s’en  prendre  directement  et  cyniquement  au  parti  de  Laurent  Gbagbo, accusant  ce  parti  de  faire  perdurer  le  climat  de  belligérence  en  rejetant  toute  coopération  et  tout  rapprochement   avec  le  pouvoir  Ouattara. Fologo  en  profite  donc  pour  définir  et  présenter  sa  nouvelle  vision   et  sa   nouvelle  mission : Engager  le  CNRD  dans  ce  qu’il  appelle  ” une  nouvelle  démarche “  qui  consisterait  à  ouvrir  un  dialogue   avec  le  nouveau  pouvoir. Pour  Fologo, la  page  Gbagbo  serait  définitivement   tournée, le  FPI  serait  durablement  affaibli  et  la  seule  opportunité  qui  resterait  à  ce  parti  serait  de  mettre  fin  à  la  Résistance  pour  espérer  arracher  quelques  concessions  au  pouvoir, notamment  l’autorisation  d’un  retour  au  pays  des  exilés  politiques.

Quel  intérêt  réel  pourrait-on   accorder  aux  frasques  et  aux  élucubrations  d’une  momie  politique  depuis  longtemps  déconnectée  des  réalités  et  dont  la  praxis  a  toujours  privilégié  le  nomadisme, le  griotisme,  la  roublardise, la  fanfaronnade, l’égocentrisme, l’ingratitude  débridée  et  les  déclarations  mal  pensées   plutôt  que  d’autres  méthodes  plus  cognitives  de  communication   et   de  conquête  de  l’adhésion  des  citoyens ?

Le  RPP  de  Fologo  et  certains  partis  membres  agités  du  CNRD  semblent  véritablement  ignorer   qu’une  éventuelle    défaite  des  idéologies  modernistes  et  le  démantèlement  social  de  l’État – nation  ne  seront  jamais  des  circonstances atténuantes  pour  toutes  les  forces  politiques  qui  se  prétendent  aujourd’hui  démocratiques  ou  progressistes  mais  qui  se  laissent  quotidiennement  et  facilement  déborder  par  la  résurgence  des  canaux  politiques  rétrogrades  similaires  à  ceux  qu’empruntent  sous  nos  yeux  Alassane Dramane  Ouattara  et  ses  acolytes   qui  par  la  violence , l’imposture  et  la  démagogie   s’activent  farouchement   à   entraver  la  résurrection  progressive  que  la  Côte  D’Ivoire   et  le  peuple  ivoirien  avaient  commencée  en  2000  avec  Laurent  Gbagbo  et  le  FPI.

Serait-il  alors  nécessaire  de  rappeler  qu’au-délà  du  rôle  de  sage  qu’il  a   toujours  tenté  de   s’octroyer, Laurent  Dona  Fologo    n’a  en  réalité  jamais  été  qu’une  vulgaire  anomalie  dans  l’arène   politique   ivoirienne ?

S’il   y  a  en  effet  une   erreur  stratégique   que  Laurent   Gbagbo  semble  avoir  commise  dans  la  gestion  des  Affaires  de  l’État, c’est  sans  conteste  celle  d’avoir  voulu  gouverner  avec  tout  le  monde  en  mettant  au  second  plan  les militants  et  sympathisants  du  parti  qu’il  a  fondé et  dirigé . Beaucoup  s’accordent  aujourd’hui  pour  dire  qu’après  avoir  lutté  pour  obtenir  le  multipartisme  en  1990, Laurent  Gbagbo  aurait  du  purement  et  simplement  laisser  le  militantisme  politique  se  développer  pour  aaseoir  et  renforcer  la  culture  démocratique en  Côte  D’Ivoire ( le  parti  qui  gagne  gouverne  avec  son  programme  et  ses  militants, les autres  sont  dans  l’opposition) et  non   céder  au  charme  facile  des  options  électoralistes  qui,  par  la   constitution   de  grands  regroupements  politiques ( CNRD, LMP, etc… ), ressemblent  fort  bien  à  la  tentation  d’un  retour  au  parti  unique.

Comprend-t-on  mieux  aujourd’hui  pourquoi  le  Programme  de  Refondation  a  connu  tant  de  difficultés  et  de  déboires   dans  sa  mise  en  oeuvre ? Était-il  réellement  possible  au  Président    Laurent  Gbagbo  de  refonder  la  Côte  D’Ivoire  en  associant  directement   à  cette  belle  et  ambitieuse  oeuvre  novatrice  des  aventuriers  politiques  et  des  caciques  endurcis  forgés dans  les  laboratoires  de  l’ex-parti  unique  qui  avaient  d’abord  besoin  eux-mêmes  d’être  refondés  avant  de  se  voir  confier  de  hautes  fonctions  dans  l’appareil  de  l’État?

Faut-il  être  vraiment  Fologo  pour   insinuer  sans  vergogne  que  l’opposition   démocratique   qu’a  toujours  incarnée  le  FPI, hier  face  à  Félix  Houphouët-Boigny  puis  à  Aimé  Henri  Konan  Bédié, au  Général  Robert  Guéï  et  aujourd’hui   face   au  dictateur  sanguinaire  Alassane  Dramane  Ouattara, pourrait  tendre   à  se   transformer  en  une  opposition  agressive   et  violente ? << Nous  ne  sommes  pas  pour  une  opposition   qui  prône  la  haine, qui  casse … >>  a  notamment  déclaré  Fologo  sur  la  Radio  onusienne  faisant  croire   qu’il  a  toujours  été  pour  la  paix  et  la  non  violence  en  politique . On  croirait  rêver  car  nous   connaissons  l’homme  Fologo  qui  avait  déclaré, dans  les  années  90, que   les  Africains  sont  habitués  à  la   chicotte. C’était  en  réaction  à  l’acte   ignoble  du  sinistre  Général  Ouassenan  Koné   qui  venait   de  faire  kidnapper  et  sauvagement  bastonner  le  Nº2  du  FPI,  Aboudrahamane  Sangaré,  pour   une  banale  et  ridicule  affaire  de  ” Fa  Kaya “.

Tout  comme  ses  ex-compagnons  du  parti  unique, Fologo  a incontestablement   une  grande  part  de  responsabilité  dans  le  triste  naufrage  politique  que  connaît  actuellement   la  Côte  D’Ivoire.

Par  le  rejet   des  exigences  d’un  État  de  droit  et  de  toute  ouverture  démocratique, le  PDCI  a  consciemment  ou  inconsciemment  préparé  au  cours  de  son  demi-siècle  de  règne  sans  partage   la  catastrophe  socio-politique  que  vit  actuellement  la  Côte  D’Ivoire.

Laurent  Dona  Fologo,  en  bon  Houphouëtiste, sait  de  manière  pertinente   qu’en  1993, quand  vaincu  par  le  temps  et  par  l’espace, le  vieux  Bélier  de  Yamoussoukro   disparaissait  de  la  scène  politique  pour  laisser  la  place  à  l’imprévisible  Sphinx   de  Daoukro, la  société  ivoirienne  était  déjà  en  état  de  putréfaction   avancée,  la  violence  était  déjà  là, mais  l’ange  du  chaos  n’avait  pas  encore  sonné  la  trompette .

En  quoi  alors  le  FPI  serait-il  donc  responsable  des  cinglants  échecs  de  Dramane  Ouattara  en  matière  de  sécurisation  des  personnes  et  des  biens  ou  de  bonne  Gouvernance ?

Personne  n’empêche  Ouattara  de  gouverner. Celui-ci  a  d’ailleurs  les  mains  libres  aujourd’hui  pour  gérer  la  Côte  D’Ivoire  comme   son  butin  de  guerre :  Il  applique  pleinement son  programme  de  déconstruction  et  de  liquidation  du  pays  avec  la  complicité  des  prédateurs  mafieux   internationaux  sans  que  personne  ne  lève  le  petit  doigt  pour  lui  dire  NON ! Il  continue  de  massacrer   les  ivoiriens, arrache  les  terres  à  nos  parents  et  procède  à  un  repeuplement  du  pays ;  il  tribalise  l’armée  et  l’administration  avec  des  nominations  massives  de  rattrapage  et  personne  ne  réagit .

Contrairement  donc  à  ce  que  dit  Fologo, le  FPI  reste  et  restera  attaché  à  l’accession   pacifique  et  démocratique  au  pouvoir  d’État  par  les  urnes. Le  FPI  n’aura  cependant  pas  les  moyens  d’empêcher  un  peuple  opprimé, méprisé, bâillonné  et  spolié  de  se  soulever  pour  restaurer  sa  dignité  et  sa  souveraineté  bafouées .

Et  ce  ne  sont  certainement  pas  les  discours  creux   et  stériles  de  Fologo  qui  empêcheraient  une éventuelle  ” guerre  de  rattrapage “ pour  chasser   Ouattara  et   libérer  ce  pays.

En  attendant  cependant  de  revenir  très  bientôt  au  pouvoir, le   FPI  gagnerait  à  méditer  déjà  sur  l’opportunité  et  les dangers  des  alliances  et  des  compromis  politiques  pour  éviter  que  les  mêmes  causes  ne  produisent  les  mêmes  effets.

Océane  YACÉ

Monaco ( France)


source : Océane YACÉ

Les commentaires sont fermés.