topblog Ivoire blogs

01 février 2012

Sénégal. Candidature de Wade : Dakar à feu et à sang

 

 

abdoulaye-wade.jpg

Le conseil constitutionnel qui a statué toute la journée de vendredi dernier à Dakar, a fini par annoncer, dans la soirée, le verdict attendu depuis des mois au Sénégal. Abdoulaye Wade sera candidat. Une décision qui a fait l’effet d’une bombe et qui risque de fortement secouer le pays.

 

Après des mois de polémique, des semaines de tension et une longue journée d’attente, le conseil constitutionnel a fini par annoncer sa décision, vendredi soir aux alentours de 21 heures à Dakar : le président actuel, Abdoulaye Wade, sera candidat à l’élection présidentielle du 26 février 2012,  ont tranché les cinq juges qui délibéraient à huis clos. Cette candidature est contestée par l’opposition, réunie sous le mouvement du 23 Juin (M23), né suite aux manifestations de cette date qui avaient fait barrage au projet de réforme constitutionnelle de maître Wade.

Après une longue journée d’attente sur la place de la Nation dite de «l’Obélisque», qui réunie habituellement les grandes manifestations et les rendez-vous du M23, les Sénégalais ont fait preuve de patience vendredi dernier, accumulant au fil des heures une certaine tension. Le conseil constitutionnel avait, en effet, jusqu’à minuit pour délibérer, concernant la recevabilité des dix-sept candidatures déposées par les différents leaders politiques. Mais le peuple a répondu présent toute la journée, au rassemblement du mouvement de l’opposition : certains allant même jusqu’à amener leurs matelas,  de la nourriture, et d’autres venant faire leur prière sur place... Ce, afin de montrer leur détermination à ne pas quitter la place sans avoir eu le verdict qu’ils attendaient.

Et pourtant  dans la soirée quand le conseil finit par afficher les résultats, la décision n’est pas celle attendue par les leaders de l’opposition et leurs militants. Wade sera bel et bien candidat à sa propre succession  pour le parti des démocrates sénégalais (Pds), aux côtés de treize autres prétendants au poste de la magistrature suprême. Il s’agit de Macky Sall, Idrissa Seck, Cheikh Tidiane Gadio, Moustapha Niasse, Cheikh Bamba Dièye, Doudou Ndoye, Ousmane Tanor Dieng, Diouma Diakhaté, Amsatou Sow Sidibé, Mor Dieng, Doudou Ndoye Djibril Ngom, Ibrahima Fall et Oumar Khassimou Dia. Les cinq juges ont rejeté les candidatures de Youssou Ndour, de Kéba Keinde et Abdourahmane Sarr, les déclarant irrecevables à cause d’un manque de signatures reconnues obtenues par ces candidats indépendants.

«Le combat va continuer», a promis le coordonateur du mouvement, Alioune Tine, après l’annonce de vendredi soir, mais surtout avant d’être convoqué par la direction des investigations criminelle (Dic). «La Dic n’est pas conforme avec la loi en nous [membres du M23, ndlr] refusant l’accès à ses locaux alors que nous sommes venus en paix exprimer notre solidarité à Alioune Tine qui a été injustement arrêté par la police», a soutenu le candidat Macky Sall, d’après l’agence de presse sénégalaise. Aussi appelle-t-il le ministre de l’Intérieur à «mettre un terme à cela avant que ça ne dégénère».

Anaïs TANKAM à Dakar

CAMEROONVOICE

 

Les commentaires sont fermés.