topblog Ivoire blogs

20 janvier 2012

Le mensonge pour se cacher du gouffre

 

J.L-Billon-300x193.jpgJean Louis Billon est le président de la chambre de commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire. C’est un leader dont le point de vue compte énormément surtout quand il s’agit de juger de l’état de santé de l’économie ivoirienne. Hier la plupart des journaux proches de Ouattara ont rapporté de lui les propos suivants : « le secteur privé ressent la métamorphose (…) entre le régime Ouattara et le régime Gbagbo c’est le jour et la nuit. » chacun peut voir ses ténèbres là où il veut et la métamorphose n’est pas forcément signe de progrès. C’est quand il essaie de motiver son opinion que la félonie s’expose dans toute sa laideur. Selon le président de la chambre de commerce de Côte d’Ivoire, la réfection des voiries, le règlement de la dette intérieure, le nouveau code des investissements qui sera prêt en 2013, et c’est tout, sont les signes de la santé économique sous Dramane Ouattara. Nous ne sommes pas spécialistes, mais le bon sens nous a déjà convaincu que la réfection des voiries et autres constructions de pont ne sont que la conséquence de la politique de rigueur du président Laurent Gbagbo parce que ce n’est pas en deux semaines qu’on monte ce genre de projets avec la Banque Mondiale. Quant au règlement de la dette intérieure, si Billon n’était pas de mauvaise foi, il le classerait parmi ces promesses autour desquelles Ouattara communique massivement pour ne pas les tenir. Pour ce qui est du nouveau code des investisseurs, il ne peut de façon efficiente participer d’une métamorphose économique puisqu’il n’intervient qu’en 2013. Alors de quoi parle Jean Louis Billon ? Pour sa gouverne, qu’il sache qu’avec Dramane Ouattara l’initiative PPTE qui devait faire pleuvoir près de 500 milliards par an sur notre pays est encore un mirage et que les seules données économiques qui nous parviennent de ce gouvernement sont les licenciements chroniques d’Ivoiriens. On comprend, en fait, réellement que c’est le jour et la nuit entre la politique de Dramane Ouattara et celle de Laurent Gbagbo. Le jour pour eux, les entrepreneurs voraces et la nuit pour le peuple de Côte d’Ivoire qui avec Laurent Gbagbo, et malgré une rébellion sangsue se projetait dans le cercle des pays libres et émergeants.

 

Joseph Marat

Infodabidjan.net

 

Les commentaires sont fermés.