topblog Ivoire blogs

19 janvier 2012

Meeting du FPI le samedi - La position du ministre Hamed Bakayoko : Ce que le ministère de l`Intérieur prépare/ De l`électricité dans l`air

 

Miaka_fpi_cndr_hambak.jpgLe meeting dit de rentrée politique annoncé par le Front populaire ivoirien (Fpi) pour le samedi 21 janvier prochain, pourrait se tenir sans problème. Le ministère de l`Intérieur (et de la sécurité) ayant décidé de l`autoriser. En tout cas, selon les services du ministre Hamed Bakayoko, le meeting est autorisé et sera même encadré. « Le FPI a officiellement saisi le ministère de l`Intérieur de l`organisation de son meeting du samedi 21 janvier. Le ministre a donné son autorisation pour la tenue du meeting. Donc, il n`y a aucun problème à ce niveau. Le ministre est allé même plus loin pour demander que le meeting soit encadré et supervisé, tout comme la cérémonie de cet après-midi (hier mercredi 18 janvier ndlr) au baron de Yopougon a bénéficié de l`encadrement de la police nationale. Donc la police sera déployée le samedi pour assurer la sécurité au meeting du Fpi », a déclaré hier un proche collaborateur du ministre Hamed Bakayoko, joint par téléphone. Ainsi, l`ancien ministre de la Défense, Michel Amani N`Guessan, par ailleurs président du comité d`organisation de ce rassemblement, et ses camarades refondateurs, n`auront plus de souci à se faire en ce qui concerne le volet sécuritaire de la cérémonie du samedi. Le ministre Amani avait lui-même annoncé au cours d`une conférence de presse le lundi dernier, avoir eu l`autorisation du ministre Hamed Bakayoko ainsi que du ministre délégué à la Défense, Paul Koffi Koffi, pour la tenue du meeting de rentrée politique. Cette information a donc été confirmée hier par les services du ministre de l`Intérieur, qui se prépare à déployer les moyens pour assurer la sécurité des frontistes. Faut-il le rappeler, le parti de l`ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, a eu maille à partir avec les actuels tenants du pouvoir depuis la chute du régime de la Refondation le 11 avril 2011. Outre les arrestations et autres traques des militants, plusieurs rassemblements annoncés par les dirigeants du Fpi ont été soit purement et simplement empêchés, soit réprimés, parfois dans le sang. Pour le samedi 21 janvier prochain, l`ancien parti au pouvoir va à nouveau tester la volonté du régime de l`autoriser à manifester. Le ministre Hamed Bakayoko les rassure déjà. Attendons donc de voir ce qui se passera le samedi prochain.

De l`électricité dans l`air

Le Front populaire ivoirien (FPI) remet le couvert. Après les mésaventures de Koumassi, Yopougon, Bonoua et Port-Bouët, les membres de la Réfondation se sont encore donné rendez-vous pour le samedi 21 janvier prochain à la place Ficgayo de Yopougon pour la tenue d'un meeting dit de rentrée politique. C'est la haute direction du parti à la rose qui est en première ligne cette fois. Avec une détermination que l'on peut déceler dans les propos de l'ancien ministre de la défense, Michel Amani N'Guessan, secrétaire général adjoint du Fpi chargé de la sécurité et de la défense. « C'est au nom de la démocratie qu'on a bombardé la Côte d'Ivoire. C'est un pays extrêmement démocratique. On ne peut pas nous opposer d'autorisation préalable, mais nous avons l'obligation d'informer », a martelé Amani N'Guessan au cours d'une conférence de presse tenue le lundi 16 janvier au siège du Cnrd à Cocody. Avant d'indiquer que le ministre de l'intérieur Hamed Bakayoko est d'accord avec le rassemblement du samedi prochain. Ce qui laisse supposer que ce meeting des refondateurs ne devrait pas être interdit ni réprimé par les forces de l'ordre encore moins subir une intervention inattendue d'individus armés pour disperser les manifestants. Ce vœu ne va t-il pas malheureusement se heurter à une autre volonté masquée de ne pas voir ce meeting se tenir ? Difficile de dire. Tout compte fait, la bataille s'annonce rude pour le ministre Amani N'Guessan et ses camarades du Fpi. De fait, si le ministère de l'intérieur n'oppose pour le moment aucun refus à la tenue du meeting de samedi, les autorités municipales de Yopougon jouent cependant à cache-cache avec les organisateurs. Le maire de la commune, Dr Yao Yao Bertin n'a pas encore délivré au FPI, l'autorisation de se rassembler à la place Ficgayo. Jusqu'à hier mercredi 18 janvier, le ministre Amani nous confiait qu'il pas encore pu rencontrer le maire Yao Yao Bertin. « J'essaie de le rencontrer, mais il me fuit ». Le premier magistrat de Yopougon va t-il autoriser le rassemblement du Fpi dans sa commune ? Le Fpi va t-il se plier si un éventuel refus de l'espace Ficgayo venait à lui être opposé ? Autant le dire tout net, il y a de l'électricité dans l'air. Les militants du Fpi qui estiment avoir été plusieurs fois freinés dans leur volonté de se rassembler, surtout à Yopougon fief de l'ancien parti au pouvoir, croient fermement en la tenue du meeting du samedi. « Aucun esprit humain ne peut empêcher ce meeting », avait lâché récemment Koua Justin, leader de la jeunesse du Fpi, comme pour démontrer leur détermination à revenir sur la scène politique, cela à travers la manifestation du 21 janvier prochain.

Hamadou ZIAO

Source : L'Inter : Dernière Mise à jour : 19/01/2012 (Auteur : Hamadou ZIAO )

TELEDIASPORA

 

Les commentaires sont fermés.