topblog Ivoire blogs

14 janvier 2012

Grand –Bassam/Violente altercation entre la Police militaire et les Frci

1313048680.gif
C'est de très peu que les populations de Grand-Bassam ont manqué d'assister à un violent affrontement armé, entre éléments de la toute nouvelle Police militaire de Koné Zakaria et ceux des Frci. Les moments étaient vraiment très chauds. La scène s'est produite dans la matinée du mardi 10 janvier 2012. De fait, avancent nos sources, dans sa mission de traque des faux Frci ( Forces républicaines de Côte d'Ivoire) et de désarmement de certains de ces éléments qui n'ont pas le droit de détenir une arme à feu, un équipage de la Police militaire se retrouve à Grand-Bassam. Il est environ 13h. Là, les hommes de Koné Zakaria repèrent un élément des Frci, montant la garde, arme au poing, devant les locaux d'Ecobank. C'est justement ce genre d'individus, après lesquels ils sont. Alors, ils approchent ce soldat et lui arrachent sa kalachnikov, en dépit de la farouche opposition de ce dernier. Poursuivant leur mission dans la cité balnéaire, les éléments de la Police militaire mettent le cap à la gare routière des véhicules assurant la desserte Bassam-Abidjan. Ici également, ils notent la présence d'un homme en treillis, kalachnikov au poing. Comme avec le premier, ils dépossèdent cet autre élément, de son arme à feu. C'est à partir de là que les choses prennent une autre tournure. C'est que, toujours selon nos sources, les deux soldats des Frci, mécontents d'avoir été désarmés, alertent leur base, à l'ex-Iiao. Les instants qui suivent, c'est un important détachement des Frci, avec un arsenal lourd, qui débarque. Ces hommes sont prêts à en découdre avec leurs frères d'armes de la Police militaire. Panique totale au sein des populations riveraines qui décampent. On assiste alors, à une violente altercation entre les soldats. Ceux des Frci exigeant que leurs armes soient restituées à leurs collègues désarmés. Les armes manquent de peu, de crépiter de part et d'autre. En définitive, la raison gagne chacun des camps, grâce, dit-on, à la médiation d'un élément de la Garde républicaine. Et leurs armes sont restituées aux deux soldats des Frci désarmés. En tout cas, cette scène démontre les grosses difficultés qui attendent Koné Zakaria et ses hommes, dans l'exécution de la mission que leur a confiée par le Chef de l'Etat.

KIKIE Ahou Nazaire

 



source : 

Les commentaires sont fermés.