topblog Ivoire blogs

06 janvier 2012

Hamed Bakayoko a-t-il la conscience tranquille après la mort de Nady Rayess ?

 

Rayesscrash.jpg

Côte-d’Ivoire: Révélations sur le crash de Nady Rayess

 

Connectionivoirienne.net | Par Gbansé, Douadé Alexis

Le texte que vous allez lire ici-bas, fortement accusateur pour le ministre d’État, ministre de la sécurité du gouvernement Ouattara, est la retranscription d’une conversation téléphonique, suite au crash du Rockwell Commander 112A immatriculé TU-GRN, dans lequel s’est tué le patron du groupe de presse Olympe Nady Rayess. Toutes nos tentatives pour joindre les différents concernés sont restées sans suite. Des agents d’aéroclubs que nous avons pu joindre, nous disent tous ne pas être habilités à échanger avec la presse. L’Autorité nationale de l’aviation civile (Anac), nous ramène vers le ministère des transports. Au ministère des transports, on a pris la mauvaise habitude de tourner les journalistes en rond. Les services du ministre Bakayoko ont depuis 48h promis que le ministre nous rappellera. Attente vaine ici aussi. Nous allons espérer que les concernés réagissent après publication.

…………………….

Retranscription intégrale

« Sophia était la seule compagnie sur la plateforme qui révisait les avions de l’Aéro club d’Abidjan et ça, tous les professionnels sur la plateforme aéroportuaire le répètent. Mais Hamed Bakayoko a fait du chantage à Lafont [Frédéric] et certains opérateurs Français. L’ambassade de France est au courant. Tu sais, lui Hamed et Wattao n’ont jamais remis les 41 000 dollars confisqués aux Français, il y a quelques mois de cela. Le fond du problème Sophia est simple, c’est qu’après la chute de Gbagbo, Hamed aurait depêché des émissaires voir Lafont au Togo pour lui demander 1,5 millions d’euros pour protéger ses business en Côte-d’Ivoire. Lafont a décliné l’offre et depuis, il est entré dans le collimateur d’Hamed Bakayoko. Hamed Bakayoko a fait sortir une circulaire de l’UEMOA qui exige la probité morale aux propriétaires de compagnies aériennes dans la région. Sans même attendre la fin de l’enquête de moralité commanditée par le ministère de l’Intérieur, l’ANAC a suspendu le Permis d’Exploitation Aérienne (PEA) de Sophia Airlines. Des ivoiriens sont au chômage par la faute d’un ministre d’État alors que Ouattara promet des emplois. Ils sont environ 50 employés de Sophia actuellement au chômage.

Sophia a un centre technique certifié en Côte-d’Ivoire. Ce centre servait à l’entretien des avions de Sophia et à l’entretien des aéronefs de l’aéroclub, comme celui que pilotait, Nady Rayess. Depuis deux mois, Sophia est clouée au sol par la faute d’un ministre. La deuxième raison est que Hamed Bakayoko dit vouloir venger ses frères de lumières [Franc maçons] qui auraient été doublés en affaires par Lafont. Des membres de la Grande Loge de Côte-d’Ivoire [GLCI] n’aiment pas Lafont qu’on dit plus proche du Grand Orient [GO], les « Frères ennemis» à la Grande Loge Nationale de France [GNLF] à laquelle la GLCI est rattachée. Mais Lafont continue de faire ses business ailleurs pendant que des ivoiriens sont au chômage. Hamed Bakayoko, ministre de la sécurité est ami à ceux qui créent l’insécurité et c’est vraiment révoltant. Lafont avait des amis dans les camps de Gbagbo et de Ouattara. C’est Lafont qui faisait affréter ses avions pour la campagne présidentielle de Ouattara. Il jouait donc habilement avec les deux camps. Lui, il faisait ses affaires, pas de la politique. Aujourd’hui la résidence des Lafont à Abidjan est occupée par les hommes de Wattao. Les maîtresses de Wattao roulent dans les bolides de Lafont, car Lafont est un amateur de grosses cylindrées, genre Bentley, Porsche, Lamborghini. En clair Hamed Bakayoko et Wattao, c’est la même bande de voyous. L’Autorité nationale de l’aviation civile l’Anac officiellement, ne veut pas se mêler aux règlements de compte. Sophia est dirigée par Louise Lafont qui est mariée à Lafont sous le régime de séparation de biens. Demandes-toi pourquoi l’enquête de moralité contre Lafont n’a jamais démarré. Et bien, parce-que le dossier est vide.
Vous les journalistes sur qui nous comptons, devez bien creuser ce crash qui a couté la vie à un des vôtres, et pas seulement écrire sur les hommages rendus par tel ou tel après la mort tragique de Nady Rayess. La presse, ça doit enquêter. Tu m’entends bien mon jeune frère Gbansé ? Comme la justice, la presse doit mener ses enquêtes pour aider le public à comprendre ce qui se passe. Pourquoi l’avion de Rayess n’a pas pris feu après le crash ? Y avait-il suffisamment de kérosène à bord ? Pourquoi Rayess a-t-il tenté d’atterrir sur l’eau ? Avait-il remarqué quelques choses ? Le problème du brouillard évoqué ne peut seul expliquer ce crash. Quelles sont les dernières communications de Rayess avec la tour de contrôle. l’Anac ou les autorités de l’aéroport d’Abidjan peuvent-elles rendre ces données public ? Les instruments de mesure de kérosène peuvent être sabotés, et communiquer des valeurs erronées à Rayess durant le check-list obligatoire avant chaque décollage. Dans les endroits de grands froids, je parle de moins vingt degrés [-20], ces données peuvent être erronées, ça c’est vrai. Je ne dis pas qu’il y avait manque de kérosène, mais c’est étrange que l’avion n’est pas pris feu après la chute. Tous les spécialistes en aéronautique vous diront que s’il n’ y a pas de feu, c’est que l’aéronef était à court de kérosène. En principe Rayess avait suffisamment de kérosène pour l’aller et le retour sur Assinie. J’ai ces infos d’un ami à l’aéroclub d’Abidjan. Rayess fait toujours le plein du Rockwell Commander avant de décoller. Le rayon d’action de ce type d’aéronef avec le plein est de 1300 km. Et puis, est-ce que le plan de vol était le bon avec ce temps de brouillard ? Pourquoi certains habitants de Vitré disent n’avoir pas entendu les bruits du moteur ? L’engin était-il coupé en vol ?
Pourquoi en seulement deux mois la Côte-d’Ivoire connait deux accidents d’avions pendant que la compagnie qui faisait une partie des maintenances est suspendue pour des raisons absurdes et arbitraires ? Le lundi 14 novembre 2010 dernier, un Cessna d’Aéroclub a crashé à Daloa, faisant 4 morts. Ces deux accidents peuvent avoir un problème de maintenance comme causes. Je pense qu’il ya lieu de faire auditer les données techniques et les cahiers d’entretiens d’aéroclubs. Le nouveau gouvernement ivoirien, s’il veut être crédible doit donner des réponses à toutes ces questions. » Que disent les boites noires retrouvées ?

 

 

 

Source : CONNECTIONIVOIRIENNE

Les commentaires sont fermés.