topblog Ivoire blogs

25 décembre 2011

Ouattara licencie pour son show off

 

1324710211.gif
Depuis un moment les réseaux sociaux et différents sites internet sont inondés d’images de la capitale économique ivoirienne, Abidjan. Abidjan est devenue une ville lumière, nous dit-on. A la vérité, ces images n'émeuvent point le commun des Ivoiriens qui sauvent la laideur et les odeurs qu’essaient de cacher cette lumière Ouattariste. Il y a seulement huit petits mois que les cadavres de nos frères et sœurs jonchaient toutes les rues de cette ville dite lumière. Des corps sont encore dans les morgues même si Ouattara a pris soin d’enterrer les six femmes imaginaires d’Abobo. Les seules qui valent des milliers. Ah ces femmes « lumières » si chères à la communauté internationale. Et dont la mort a provoqué la destruction de tous les symboles de notre nation et conduit à l’arrestation et à la déportation à La Haye du président que nous avons élu.

 


Si ce n'est par pure irresponsabilité de la part de M. Ouattara et son gouvernement, comment peut-on investir dans de telles décorations alors que les Ivoiriens tirent le diable par la queue. Comment peut-on licencier les Ivoiriens par vagues successives depuis la Présidence de la République jusqu'à la RTI en passant par les Ambassades pour investir l’argent économisée dans la lumière ?


Les Anglais appellent cela le ‘’show off’’. Les autorités d’Abidjan veulent qu’on sache qu’elles existent. Aussi veulent-elles donner l’impression aux investisseurs, certainement les plus dupes, que les activités ont repris en Côte d’Ivoire, que la vie a repris à Abidjan. Mais Ouattara et ses frères oublient que les corps des Ivoiriens qu’ils ont tués pour prendre le pouvoir sont encore dans les morgues. Et que l’Ivoirien, le vrai, sait que derrière sa lumière, se trouvent les ténèbres de la mort que ses FRCI et dozos donnent aux Ivoiriens tous les jours que Dieu fait. C’est pourquoi, ils ne se sentent nullement intéressés par sa « ville lumière ». Comme les autorités politiques et administratives de Londres, Paris ou New York ont éloignées leurs priorités de la lumière festive, Ouattara devait comprendre que la récession économique mondiale actuelle ne permet pas de prendre de telles décisions. Mais hélas, ce qui compte pour ce monsieur, ce sont ses intérêts et ceux de la France.  Les Ivoiriens peuvent attendre.




source : Arsène DOGBA

http://abidjandirect.net/index2.php?page=poli&id=3414

Les commentaires sont fermés.