topblog Ivoire blogs

07 novembre 2011

EN FRANCE : François Hollande fustige le nouveau plan de rigueur

Libération, France 2. Le futur candidat du PS à l'élection présidentielle a entamé une opération médiatique pour dénoncer le nouveau plan de rigueur présenté lundi par François Fillon.

 

françois hollande.jpg

 

 

La réplique à Nicolas Sarkozy passera par le journal télévisé de France 2.François Hollande sera lundi soir l'invité du 20h. « Il répondra aux questions de David Pujadas après l'annonce du plan d'économie par François Fillon. Il sera également interrogé sur le G20 et la crise de la dette européenne », a précisé France 2 dans un communiqué diffusé dimanche soir.

La critique a déjà commencé pour le futur candidat du Parti socialiste à la prochaine élection présidentielle. Le député de Corrèze a accordé un long entretien au journal Libération lundi où il dénonce les détails du nouveau plan de rigueur présenté le même jour par François Fillon. L'attaque débute par un regard acerbe sur le bilan du gouvernement. « Depuis le début du quinquennat de Nicolas Sarkozy, 75 milliards de recettes fiscales ont été perdus, en raison d'allégements en faveur des grandes entreprises et des ménages les plus favorisés », a estimé François Hollande, dénonçant les « contradictions dans la politique fiscale qu'a suivie » le chef de l'État depuis 2007.

Mais le candidat à l'élection présidentielle ne s'est pas contenté de critiquer. Il a également proposé ses propres mesures pour réduire le déficit français, évoquant notamment « un coup de rabot général » sur les niches fiscales, l'annulation de l'allégement de l'ISF ou la fin de l'exonération de cotisations sociales sur les heures supplémentaires. François Hollande ne récuse pas le terme de « rigueur » mais envisage, pour sa part de lui « donner un sens ».

Le camp hollandais marche dans le sillon de son maître. Dimanche, c'étaitJérôme Cahuzac qui fustigeait le nouveau plan de rigueur. Le président PS de la commission des Finances de l'Assemblée a estimé dans Le Journal du Dimanche que le ralentissement de la croissance française devrait être compensé par 9 à 10 milliards d'euros d'économies budgétaires, et non 6 à 8 milliards comme le prévoit le gouvernement. Lundi, l'ancien ministre de l'Économie Michel Sapin a considéré pour sa part que le nouveau plan de rigueur pourrait faire entrer la France dans le « cycle infernal austérité-baisse de la croissance ».

 

Les commentaires sont fermés.