topblog Ivoire blogs

03 novembre 2011

Ecole de police: Les 300 «policiers-Frci» débarquent demain

 

Enlevement-par-les-FRCI.jpgC’est quasi officiel !Les 300 élé- ments des Frci, «nommés» dont 5 commissaires, 145 officiers et 150 sous-officiers foulent à partir de demain, jeudi 3 novembre 2011, le sol de l’académie de police. Pour y subir une formation éclair lui autorisant à investir en toute légalité l’arène policière le plus vite possible.

Il est clair que le régime qui veut se doter de policiers «made in…» n’a pas voulu courir le risque de compter sur des policiers déjà opérationnels et a décidé de «pécher» dans les rangs des Frci pour s’en offrir. Contrairement au statut encore en vigueur de la police qui fixe la durée de la formation à 18 mois (un an et demi) pour les sous-officiers et à 24 mois (2 ans) pour les commissaires et les officiers, ces élèves-policiers «spéciaux» ont obtenu une dérogation spéciale pour leur formation.

Ainsi donc, les éléments des Frci «nommés» sous-officiers seront formés en 4 mois quand ceux «nommés» officiers et commissaires de police subiront une formation de 6 mois. Les éléments Frci ainsi «parachutés» et venant de Bouna ont été aperçus dans des cargos traversant la ville de Bondoukou dans la nuit de dimanche. Ils poussaient des chants et cris de joie, saluant leur nomination en qualité de policiers.

Et depuis quelques jours, en prélude donc à cette «rentrée exceptionnelle» à l’Ecole nationale de police, de nouvelles affectations d’encadreurs (instructeurs, ndlr) sur fond tribal sont en cours. Histoire d’accommoder la base de données des encadreurs à celle des «recrues» spéciales dont plus de 90 % sont des ressortissants du nord. Simultanément, un vaste mouvement d’affectation ciblant les éléments taxés de pro-Gbagbo s’opère à la police nationale, en direction des zones Cno. Quand une circulaire intime aux policiers d’acheter euxmêmes leurs tenues militaires de service, là où le président Gbagbo offrait au moins deux tenues à chaque militaire.

Depuis plusieurs mois, de nombreux hauts gradés de la police nationale croupissent au nord dans les prisons du régime Ouattara. Mis aux arrêts au sortir d’une réunion avec le Dg de la police, Brédou M’Biah, on n’a plus de nouvelles des commissaires Robé Gogo Joachim, ex-Cdt en second du Cecos, Tiagnéré Gifrield, ex-Cdt du District de Yopougon, Négblé César, exdirecteur de la Dst, Gnépa Kola, ex-préfet de police de Yamoussoukro, Claude Yoro, ex-directeur des unités d’intervention et bien d’autres officiers. Après les gendarmes-Frci, les policiers-Frci, il faut s’attendre dans les semaines à venir à des agents des eaux et forêts Frci, des instituteurs-Frci, des professeurs-Frci, des énarques-Frci… Tous recrutés sans concours. Ainsi va la «nouvelle» Côte d’Ivoire d’Alassane Ouattara.

Gérard Koné

Source: Le Nouveau Courrier

 

Les commentaires sont fermés.