topblog Ivoire blogs

27 octobre 2011

COOPÉRATION MILITAIRE : UNE NOUVELLE COALITION, COMPOSÉE DES PAYS DE L'OTAN, DEVRAIT S'INSTALLER EN LIBYE.

On le savait, le guide libyen était largement majoritaire dans son pays, lorsque l'« OTAN » sous les prétextes de la résolution des « Nations Unies » à « protéger les civils de la répression », vient à bout deKadhafi et impose un moins populaire, l'ancien minstre de la justice libyenne Moustapha Abdeljalil. De ce drôle de vision démocratique, les conséquences étaient attendues : La libye ne peut être dirigée que par une autre dictature avec l'aide de l'« OTAN » pour permettre au « CNT » de réprésailles envers les tribus, les civils qui ne se reconnaîtront jamais son autorité. Désormais la voie est ouverte aux principaux états de l'« OTAN » de s'installer en Libye pour assurer la sécurité et faire les affaires sur le secteur pétrolier.



Logo de l'« OTAN ».


LES PAYS DE L'OTAN CHERCHENT À SÉCURISER LA LIBYE ET ACCOMPAGNER LE CNT

Le « Conseil de sécurité » de l'« ONU » devrait adopter dès jeudi 27 octobre 2011, une « résolution » mettant fin le 31 octobre 2011 à l'opération de l'« Alliance atlantique » en Libye, a déclaré le ministère français des Affaires étrangères. L'« OTAN » avait pris le 31 mars 2011 la « direction des opérations militaires internationales » engagées le 19 mars 2011 dans le cadre d'une « résolution votée deux jours plus tôt par le « Conseil de sécurité » pour « protéger les civils de la répression » engagée par le régime de Mouammar Kadhafi.

Les pays membres de la « coalition » engagée en Libye examinaient avec les nouvelles autorités libyennes la façon d'accompagner la « transition » dans le pays, alors que l'« ONU » veut mettre fin au mandat de protection des populations civiles pris en charge par l'« OTAN ».

Selon une porte-parole du département d'Etat américain, des discussions sont cependant en cours avec le «Conseil national de transition (CNT) » libyen sur un éventuel nouveau rôle pour l'« OTAN » : contrôle des frontières, assistance pour la démobilisation des combattants ou la récupération des armes en circulation... Le « CNT » avait demandé mercredi 26 octobre 2011 le maintien de l'« OTAN » en Libye jusqu'à fin 2011, assurant même après la mort de Mouammar Kadhafi la semaine dernière, ses derniers fidèles représentaient une menace pour le pays.

Mercredi 26 octobre 2011, le chef d'état-major du Qatar, le général Hamad ben Ali al-Attiya, dont le pays a participé à la mission de l'« OTAN », avait indiqué qu'une autre « coalition » d'au moins 13 pays, dont les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France, verrait le jour pour superviser « l'entraînement des forces armées, la collecte des armes et l'intégration desrebellesau sein des institutions militaires ».


LE CNT NE PEUT S'INSTALLER EN LIBYE SANS L'AIDE DE L'OTAN

Alors que les nouvelles autorités libyennes attendaient la chute de Syrte, région natale de Mouammar Kadhafi où le « CNT » a proclamé la « libération totale » de la Libye et les discussions pour un gouvernement de transition jusqu'aux élections. « LeCNTva mettre en place une autorité chargée d'aider à la réintégration des combattants vers la vie civile », a-t-il déclaré.

Cependant, le numéro deux du « Conseil national de transition (CNT, issu de la rébellion) », Mahmoud Jibril, avait formulé à Tripoli « des craintes quant auchaosqui pourrait résulter d'unebataille politique +précoce ». « Naturellement, on transite de la période de la révolution vers celle de l'Etat et on se met d'accord sur un système politique basé sur uneConstitution claire +. Ce que s'est passé, c'est que nous nous dirigeons vers une bataille politique dont les règles du jeu ne sont pas définies », avait déclaré M. Jibril. «Nous sommes passés d'une bataille nationale à une bataille politique qui n'aurait pas dû avoir lieu avant de fonder l'Etat », a-t-il répété. « Un des scénarios terrifiants c'est qu'on transite d'une guerre nationale vers le +chaos + », a averti le chef libéral du bureau exécutif du « CNT ».  Des craintes commencent à se faire sentir dans la Libye d'après Mouammar Kadhafi, le dirigeant déchu, sur une éventuelle lutte de pouvoir entre «tribus », « régions » et entre les « islamistes » et les « libéraux ».

Par ailleurs, une éventuelle nouvelle résistance est née en Libye : le « FLN Libyen ». Ce qui n’était qu’une information banale se réalise sur le terrain, le « FLN Libyen » selon certaines sources est né au cours de la révolte contre le régime de Kadhafi, qui selon la première déclaration de ce mouvement de libération, « la Libye est victime d’un complotIsraélo-occidentalet que la chute de Kadhafi n’est qu’une étape du programme élaboré pour piller la richesse et les ressources naturelles Libyennes ». Les éléments engagés dans les rangs du « FLN Libyen », selon la même source sont bien équipés en armement et menacent de détruire toute présence étrangère dans le territoire Libyen, y compris les avions de l’« OTAN » qui seront abattus sans somation et met en garde contre toute présence d’Israéliens. Ce nouveau mouvement armé, a été créé par des anciens officiers de l’« armée Libyenne » qui sont restés fideles à la Libye et au peuple Libyen, ils sont très proches du Roi Idriss Senoussi déchu par Kadhafi en 1969. Et ils se sont déjà exprimés contre l’« ingérence étrangère » au début de l’insurrection le mois de février 2011 dernier en apprenant le complot étranger contre la Libye. Les membres du « CNT » sont les premiers ciblés par le « FLN Libyen », qu'ils accusent de « haute trahison

 

Source : NERRATI

Publié dans Libye | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.