topblog Ivoire blogs

19 octobre 2011

URGENT !!!! : LIQUIDATION DU PRESIDENT GBAGBO ET DES CADRES DU FPI : Les éléments d’un plan machiavélique.

arrestation-president-gbagbo-famille-saisit-a-L-DTp6Ra.jpegDans ces derniers jours, on observe des mouvements de troupes des forces pro-ouattara et des forces françaises qui n’augure rien de bon dans les prochains jours. Selon certaines sources dignes de foi, il y a quelque chose qui se prépare contre le président Gbagbo. Un assassinat  se prépare dans des conditions qui demeurent obscures. Voici le plan de cette tragédie qui se met en place, selon ces mêmes sources :

Il est à craindre en effet une attaque montée de toute pièce par le régime Ouattara pour simuler une tentative d’évasion du président Gbagbo qui se solderait par son assassinat. Depuis quelques jours, ce régime illégitime a mis ses forces en état d’alerte sous le faux prétexte d’un prétendu coup d’Etat en vue qui se préparait contre lui.

Depuis quelques jours par exemple, ce sont plusieurs pick-up avec à leurs bords des individus habillés en tenues militaires et armés de kalaches et de lance- roquettes qui circulaient dans les rues d’Abidjan très tard dans la nuit. Ils étaient suivis par plusieurs convois de l’onuci, des chars et des véhicules de transport de troupe de la licorne (force française).

Selon certaines indiscrétions, cette mise en scène n’a qu’un seul objectif : L’élimination du président Gbagbo, l’arrestation de plusieurs cadres LMP et la décapitation du Fpi (Front Populaire Ivoirien), le parti politique crée par le président Gbagbo. Voici le scénario mise en place par le camp Ouattara avec le concours des services de renseignement français :

La mise en scène grotesque d’un prétendu coup d’Etat depuis le camp Agban par des éléments de la gendarmerie nationale qui seraient pro-Gbagbo.

Au nom de ce scénario monté de toute pièce, le camp Ouattara va procéder à de nombreuses arrestations au sein de l’armée nationale pour réduire au silence tous les soldats loyalistes qui ont combattu pour le respect des institutions ivoiriennes. Avec ces arrestations, le camp Ouattara s’assure qu’aucun soulèvement armé ne viendra l’empêcher d’assouvir ses desseins sataniques.

L’arrestation de Séka Séka Anselme apparaît dans le plan machiavélique du camp Ouattara, comme un cadeau du ciel.

Sans une enquête préalable, on prête déjà à ce valeureux soldat républicain, arrêté Samedi dernier à l’aéroport international  «  Felix Houphouet Boigny » d’Abidjan, de préparer un Coup d’Etat depuis la Guinée où il se rendait, semble-t-il.

Mais pourquoi la Guinée ?

La Guinée est frontalière à la ville d’Odienné ; une ville du nord de la Côte d’ivoire. Elle n’est pas loin de celle de Korhogo où le président Gbagbo est illégalement détenu. Ainsi selon la stratégie mise en place par le camp Ouattara, c’est d’accuser le capitaine Séka Anselme de se rendre en Guinée où il aurait recruté des mercenaires qui prépareraient une attaque qui partirait de la ville d’Odienné avec pour objectif de faire évader le président Gbagbo. Ainsi, comme Ouattara sait si bien le faire, il va simuler une attaque dans cette ville et profiter pour assassiner le président.

C’est dans cette logique que s’inscrit la prétendue attaque du véhicule du chef de guerre Chérif Ousmane  dans la zone CNO (Centre Nord Ouest), zone encore aux mains de la rébellion nordiste proche de Ouattara.

On se demande bien, comment dans ce cas une attaque pro-ouattara serait-elle possible dans cette zone ? Si ce n’est que pour justifier ce scénario qui se prépare contre le président Gbagbo dans les prochains jours.  Fait bizarre, c’est la presse pro-ouattara qui a été la première à rapporter cet évènement. (Parlant de la pretendue attaque)

Pour que ce plan machiavélique soit un succès, le camp Ouattara n’a rien négligé.

Même l’aspect spirituel a été pris en compte. Il nous revient que des imams ont été sollicités pour commencer certaines incantations qui devraient contribuer à affaiblir (spirituellement) le président Gbagbo et faciliter son meurtre.

La vérité que cache ce plan démoniaque, c’est que  Alassane Ouattara et son premier ministre ne sont plus enthousiasmés par cette affaire de « Cpi (Cour pénale Internationale) » qui risque aussi de les emporter. Les enquêtes de la Cpi, selon plusieurs informations et quotidiens de la place, établissent de plus en plus, la responsabilité pénale de ce régime illégitime.

Alors que la voie du recomptage des voix, préconisée par le président Gbagbo, pourrait mettre d’accord tout le monde et éviter ces enquêtes qui vont finir par desservir ceux mêmes qui les ont encouragées.

Affaire à suivre…

 

Source : cotedivoire-lavraie

 

Les commentaires sont fermés.