topblog Ivoire blogs

14 octobre 2011

Koua Justin : « Le meeting aura bel et bien lieu demain samedi »

meeting15.jpg
A la veille du meeting de la JFPI, le Secrétaire national de la jeunesse fait ici le point des préparatifs de ce grand rassemblement redouté par le régime. 

Depuis hier, les rumeurs d’un report du meeting de la JFPI circulent. Qu’en est-il exactement ?

Koua : Le meeting de la jeunesse du FPI se tiendra bel et bien le samedi 15 octobre à partir de 14 heures, à la place CP1 de Yopougon. Mais justement, le ministre de la sécurité a reçu mercredi dernier la direction du FPI pour lui demander le report de votre manifestation et il semble que le président Miaka Ouretto a donné son accord. Le président Miaka n’a jamais dit cela au ministre Hamed Bakayoko. D’ailleurs, ce dernier n’a émis qu’un souhait. Il n’est pas initiateur du meeting. Et nous qui en sommes les organisateurs, nous disons qu’il n’y a aucune raison de reporter la manifestation. 

Vous êtes donc sur la même longueur d’ondes que la direction du FPI

Absolument ! D’ailleurs nous sortons d’une rencontre avec le Secrétaire général du parti, le camarade Laurent Akoun, avec lequel nous avons fait le point des préparatifs du meeting de samedi. Et je peux vous assurer qu’il n’ya eu aucun son discordant. 

Le ministre Hamed Bakayoko dit ne pas avoir les moyens logistiques d’encadrer le meeting. Comment allez vous y prendre pour la sécurité vu les incidents de la semaine dernière à Koumassi-campement ?

Les arguments du ministre sont légers, car lorsque les jeunes du Rhdp sont allés manifester devant la Pergola où étaient retenues des personnalités proches du président Laurent Gbagbo, ils ont été encadré par les forces de l’ordre. Idem pour ceux qui sont allés au Conseil constitutionnel demander la démission de Paul Yao N’dré. Or vous conviendrez avec moi qu’à cette époque, les commissariats étaient plus dégarnis qu’aujourd’hui. Donc cette thèse ne peut prospérer à nos yeux. D’ailleurs nous avons effectué toutes les démarches que recommande la loi pour l’organisation de ce type de manifestation. Nous avons adressé des courriers à toutes les autorités policières pour les informer de la tenue du meeting. Et jusqu’à présent, personne ne nous a signifié un avis contraire. Mieux, nous avons eu, avant-hier, une rencontre avec le préfet de police d’Abidjan et tout s’est bien passé. Sachez que les activités des partis politiques n’étant pas suspendues, c’est un devoir constitutionnel pour le gouvernement de sécuriser notre meeting. Sinon au nom de quelle logique peut-on encadrer les manifestations des jeunes du Rhdp et dire qu’on n’a pas les moyens de sécuriser celles du FPI ?

Les autorités craignent que derrière le meeting, se cache en réalité en réalité une action insurrectionnelle

Nous n’allons pas à la place CP1 de Yopougon pour demander la démission de Dramane Ouattara. Nous n’organisons pas notre meeting pour déclencher une insurrection contre le régime. Nous le faisons pour réclamer notre liberté que les gouvernants confisquent chaque jour, demander l’application de la démocratie dans notre pays et exiger la libération de notre leader, le président Laurent Gbagbo. 

Les bruits d’un éventuel report de la manifestation, n’ont-ils pas démobilisé vos militants ?

Bien au contraire, cela a eu l’avantage de stimuler davantage nos bases, qui depuis quelques jours, sont en ébullition. C’est vous dire que la mobilisation est totale au niveau des militants. Ils vont sortir nombreux ce samedi et le monde entier verra que Laurent Gbagbo est majoritaire dans ce pays et a réellement remporté l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire. 


source : 

Les commentaires sont fermés.