topblog Ivoire blogs

12 octobre 2011

WATTAO EN FUITE DU PAYS, LA THESE SE CONFIRME…

 

Wattao.jpgDepuis plusieurs semaines, le commandant Issiaka Ouattara, dit « Wattao », séjourne à l’étranger. Jusqu’à présent, il n’est pas encore de retour au pays alors qu’il était annoncé à Abidjan à la fin du mois de Septembre 2011, ceci pour mettre fin à l’information selon laquelle ce chef de guerre pro-ouattara serait en disgrâce avec son maître. Il aurait eu une permission de sortir de la Côte d’ivoire pour les Etats Unis, selon son service de communication. Mais en réalité, l’homme fort de Séguéla est en fuite, selon plusieurs indiscrétions.

En tout cas le journal ivoirien « Le Quotidien » qui avait fait la révélation (Cliquez icipour lire l’article), revient de nouveau à la charge avec de nouveaux éléments qui semblent confirmer la thèse de la fuite du commandant Wattao hors de la Côte d’ivoire. Voici les nouvelles révélations publiées par ce journal dans son numéro de ce jour que nous vous livrons ici, sans pour autant être en mesure de vérifier dans son intégralité les faits rapportés.

Son retour en Eburnie ne lui sera pas profitable. Bien au contraire. Un de ses proches fait des révélations. Pour le collaborateur de Wattao, K.E. (pour une question de sécurité), les déboires de son chef ont commencé le jour de l’arrestation du président Laurent Gbagbo. Pour notre informateur, des soldats français avaient demandé à « Saha bêlébê » et à ses hommes d’abattre le numéro un Ivoirien (Laurent Gbagbo), le 11 Avril dernier. Malheureusement, pour les conspirateurs, ce plan diabolique n’a pas été exécuté. A cela il faut ajouter les faux rapports de l’ambassadeur de France en Côte d’ivoire sur Wattao. A la vérité, Jean Marc Simon ne porte l’homme à la brèche dans son cœur. Il veut à tout prix la tête de ce dernier. « C’est l’ambassadeur de France qui est derrière la plainte portée par le colonel Charaux contre le commandant Wattao. C’est le colonel lui-même au Togo actuellement, qui nous l’a dit. Il a appelé le commandant pour lui présenter ses excuses », révèle l’élément de Wattao.

L’affaire des 3 officiers français interpellés par les proches du numéro 2 de la garde républicaine, est tombée comme du pain béni pour les ennemis de Wattao dont le rang ne faisait que grossir depuis que les autorités françaises ont inscrit son nom sur la liste rouge. De tous les chefs de guerre, Wattao jouissait d’un capital de sympathie… auprès des populations ivoiriennes… ajoute notre informateur. Pour lui, si Ouattara a pris ses distances vis-à-vis de Wattao, Soro est un peu embarrassé du fait que la fidélité de son bras droit l’a beaucoup aidé depuis la rébellion jusqu’à présent. « Nous savons que le premier ministre subit des pressions énormes, surtout de l’extérieur. Mais s’il lâche le commandant, lui-même sera beaucoup isolé et à la merci de ses ennemis et adversaires », indique le proche de Wattao.

(Hamed Bakayoko), proche parmi les proches de (Ouattara), a déjà annoncé les couleurs de la fin de l’idylle entre Ouattara et Wattao. La semaine dernière sur les antennes de Rfi, Hamed Bakayoko a révélé ceci : « Nous l’avons interpellé… Il sait qu’il ne peut pas faire ce qu’il veut ». Surtout qu’près l’accrochage entre les hommes de Wattao et ceux de Koné Zacharia et Cherif Ousmane, le pouvoir a pris fait et cause pour les derniers cités au détriment de l’homme fort du sud ».

 

 

Article lu sur COTEDIVOIRE-LAVRAIE

 

Les commentaires sont fermés.