topblog Ivoire blogs

12 octobre 2011

Côte d’Ivoire : la haine avait un bouc émissaire, elle a désormais un visage !

zxhw_dozo3.jpgUn ami en Côte d’Ivoire m’a dit un jour dans un style de communication propre aux Ivoiriens, « c’est celui qu’on ne connaît pas qu’on appelle un inconnu ». Cela veut dire que quand on connaît un homme, on l’identifie par son nom. Il en est ainsi de la haine en Côte d’Ivoire. Elle avait un nom. Elle s’appelait DramaQui pourra soutenir le contraire à partir de cet instant ? Qui pourra accepter la perfidie qui a consisté à faire croire que Laurent GBAGBO et ses camarades de lutte avaient de la haine en eux ?

Le temps du bouc émissaire et de la diabolisation de Laurent GBAGBO est bel et bien terminé. Personne ne peut tolérer qu’un tel amalgame se fasse encore. Car Ouattara s’est enfin révélé à la face du monde comme un individu haineux, bourré de malice, ne croyant qu’au pouvoir des armes, de la violence et de la manipulation ; un personnage qui a menti au monde entier en semant la haine pour ensuite en attribuer la responsabilité à Laurent GBAGBO.

Regardons pour preuve, aux simples faits suivants :
-     en 1992, Laurent GBAGBO et ses camarades ont organisé une marche pacifique pour protester contre la descente militaire dans la cité universitaire de Port-Bouët ayant fait plusieurs blessés et violées. Dramane Ouattara alors premier ministre par enchantement, affirmera devant les caméras du monde qu’il a vu depuis son bureau, Laurent GBAGBO en train de casser des véhicules. La suite de cette affaire : l’immunité parlementaire de Laurent GBAGBO est ignorée et il est jeté en prison. Côté haine : Ouattara aura réussi à manipuler tous les Ivoiriens et la communauté dite internationale en faisant passer Laurent GBAGBO pour un vulgaire voyou s’attaquant par vandalisme aux biens d’autrui ;

-     en 1994, après une tentative de coup d’Etat manqué contre Konan Bédié qui alors très inspiré ne Ouattara sans que beaucoup ne le sachent. Désormais, elle a un visage. Celui de Dramane Ouattara. 

C’est dire que nous sommes enfin parvenus au stade de la preuve irréfutable. Le père de la haine en Côte d’Ivoire est enfin dévoilé.

-         en 1992, Laurent GBAGBO et ses camarades ont organisé une marche pacifique pour protester contre la descente militaire dans la cité universitaire de Port-Bouët ayant fait plusieurs blessés et violées. Dramane Ouattara alors premier ministre par enchantement, affirmera devant les caméras du monde qu’il a vu depuis son bureau, Laurent GBAGBO en train de casser des véhicules. La suite de cette affaire : l’immunité parlementaire de Laurent GBAGBO est ignorée et il est jeté en prison. Côté haine : Ouattara aura réussi à manipuler tous les Ivoiriens et la communauté dite internationale en faisant passer Laurent GBAGBO pour un vulgaire voyou s’attaquant par vandalisme aux biens d’autrui ;

-         en 1994, après une tentative de coup d’Etat manqué contre Konan Bédié qui alors très inspiré Ça c’était il y a quelques mois ou années déjà. Aujourd’hui, Ouattara est intronisé en Côte d’Ivoire depuis le 11 avril 2011 par la France. 

Pour en arriver à s’asseoir sur le siège présidentiel, Laurent GBAGBO lui proposait un recomptage des voix suite au différend électoral qui les opposait. Ouattara connaissant la vérité des urnes, a préféré recruter ses compatriotes burkinabés, des mercenaires togolais, nigérians, maliens et libériens pour venir tuer tous ceux qui se réclament de Laurent GBAGBO.

Mais il se rendra compte très vite que ces zozos ne feront pas le poids devant les forces d’élite ivoiriennes. Il ment avec l’encadrement et les moyens de la France et de l’ONU pour obtenir une résolution des Nations Unies. Par milliers, le massacre de civils avec des bombes larguées par la France et l’ONU sur les jeunes massés en bouclier humain, qui a suivi cet épisode de l’aventure de Ouattra en Côte d’Ivoire, reste vif dans nos mémoires.

D’aucuns ont cru que son avènement la tête de la Côte d’Ivoire allait atténuer son ardeur dans la promotion et la propagation de la haine. Mais que non ! Les exactions qu’il fait exécuter et celles dont il couvre les auteurs vous laissent perplexes aujourd’hui. 

Les dernières en date ayant un caractère purement politique, nous sont signalées depuis le samedi 8 octobre 2011 à Koumassi, quartier d’Abidjan dans lequel les partisans de Ouattara, armés de fusils, de barres de fer et gourdins ont agressé sauvagement les militants du FPI lors d’un meeting organisé dans ce quartier.
Des journalistes et bien des leaders politiques du FPI non encore jetés en prison, s’en sont sortis avec des blessures profondes, des véhicules et biens personnels endommagés ou volés, tout ça dans une complicité parfaite avec le prétendu ministre de l’intérieur, lui-même loubard et très habitué à ce genre de descentes musclées à la hors-la-loi.

L’histoire est têtue. La nature humaine aussi. On peut mentir au monde entier pendant des années sur sa vraie nature. Mais on ne peut pas cacher tout le temps cette nature surtout quand elle est caractérisée par la barbarie, la haine, l’orgueil démesuré, un instinct de tueur. 

C’est pourquoi la haine qui s’appelait Dramane Ouattara sans que beaucoup ne le sache, vient maintenant de faire connaître son visage, celui de Dramane Ouattara. Alors ensemble, nous savons à qui nous avons affaire et ce que nous avons à faire.

Les commentaires sont fermés.